Quels outils pour un écrivain auto-édité ? (Canva, Buffer, Pixabay et compagnie)

Vous êtes de plus en plus à me suivre et je vous en remercie du fond du cœur. Parmi les questions que vous me posez régulièrement, vous me demandez notamment : comment est-ce que je fais pour ma couverture de roman ? Sur quel logiciel est-ce que je travaille ? Comment est-ce que je prends des notes pour ne rien oublier de ce que je veux dire dans mon roman ?

Je me suis dit que ceux qui m’ont écrit n’étaient peut-être pas les seuls à se poser la question et que j’allais vous livrer les réponses en article. Passons donc en revue les différents outils que j’utilise au quotidien, que ce soit pour mes objectifs personnels, pour l’écriture de mon roman ou pour sa publication.

La plupart des outils que j’utilise sont gratuits, je vous mentionnerai lesquels sont payants.

Ci-dessous déjà, une liste récapitulative :

1 – OneNote

2 – Word

3 – Un whiteboard ! (tout simplement)

4 – Canva

5 – Buffer

6 – Pixabay

7 – Adobe Stock

8 – Kindle Create

9 – Calibre

 

1 – OneNote

Je vois partout des logiciels sortir pour suivre la trame de son roman, avoir ses fiches personnages et être bien équipé pour écrire. Personnellement, j’utilise un simple logiciel de prises de note. Le mien fait partie de la suite Office (payant dans l’abonnement Office donc), il s’agit de OneNote. J’aime OneNote déjà parce que je peux en faire ce que je veux. Si je veux écrire à la main, avec un stylet, j’écris à la main, avec un stylet. Si je veux ajouter quelque chose depuis mon smartphone ou mon ordinateur, aucun problème : tout est synchronisé. Je peux organiser la page comme je le souhaite et puis, je ne connais pas toutes les fonctionnalités (extrêmement nombreuses) mais on peut presque faire de la magie avec OneNote quand on sait s’en servir un peu. J’aime l’organisation : j’ai mis tous mes volets sur la gauche (je préfère). J’ai un notebook sur mes romans puis une section sur un roman en particulier puis un paquet de pages : la trame générale, les corrections à apporter plus tard, une trame par chapitre, une page par personnage… et en trois clics hop je retrouve tout ce dont j’ai besoin. Personnellement, je n’ai pas besoin de plus. C’est un logiciel qui permet liberté et synchronisation sur tous ses appareils : c’est exactement ce dont j’ai besoin.

onenotelayout
Une organisation possible de OneNote (les volets peuvent être déplacés)

2 – Word

Plus la peine de présente Word, de la suite Office également, je ne vous prendrai donc pas la tête avec. J’écris tous mes romans sous Word, la version brochée est également établie à partir d’un Word puis transformée en PDF pour figer l’ensemble. Pas besoin de logiciel spécifique là non plus. Même pour le numérique, si Amazon n’avait pas créé un outil spécifique, je passerai par Word.

 

3 – Un whiteboard ! (tout simplement)

Je tiens des objectifs à trois échelles :

  • Echelle sur 3 à 6 mois
  • Echelle sur 1 mois
  • Echelle sur 1 semaine

Mon échelle sur 3 à 6 mois est faite à la main, à travers un chrono-rêve (lisez La Semaine de 4 heures de Tim Ferriss si vous ne voyez pas ce dont il s’agit). L’échelle sur 1 mois est faite à partir de fiches bristol de couleur, j’écris un objectif, par exemple « Finir le tome 2 de Ryvenn » et je l’aimante à mon Whiteboard.

Viennent enfin les objectifs de la semaine, qui sont très terre-à-terre et qui sont liés aux objectifs mensuels et aux chono-rêves. Par exemple : faire du sport 3 fois, écrire 2 articles de blog, poster chaque jour sur les réseaux sociaux, écrire 50 pages de roman, terminer 3 interviews d’auteur, lire tel livre, etc. Ceux-là, je les écris directement au marqueur (avec différentes couleurs pour faire joli) sur le tableau blanc.

Capture-d_écran-2017-10-16-à-06.27.35
exemple de chrono-rêve non finalisé

Pour vous montrer le lien entre chaque échelle d’objectif, voici un exemple complet que vous explique ci-dessous.

Dans mon chrono-rêve, j’indique que je souhaite vivre de mes revenus d’écrivain (bon j’ai de la chance, c’est le cas aujourd’hui mais au moment où j’ai fait mon dernier chrono-rêve, ce n’était pas encore le cas). Pour y arriver, je dois publier un roman toutes les six semaines (c’est ce que je m’étais indiqué comme objectif). Comme objectif mensuel en octobre, j’ai indiqué : finir le tome 2 de Ryvenn. Comme objectif à la semaine, j’ai indiqué : écrire 50 pages et j’ai indiqué les nombres, de 5 en 5, juste en dessous, pour pouvoir les barrer à mesure que j’avance dans mon écriture.

Vous voyez l’idée ? Mes objectifs font du général (chrono-rêve) au plus spécifique (mensuel) jusqu’à la tâche à effectuer (écrire 50 pages et découper ces 50 pages en plus petits bouts pour pouvoir mesurer la progression).

 

4 – Canva

Canva est un outil gratuit (une version plus pro et payante existe), disponible à l’adresse suivante : https://www.canva.com/fr_fr/

Honnêtement, je suis bluffée par la qualité de l’outil. Je l’utilise notamment pour mes posts de réseaux sociaux, il vous ouvre directement une page à la bonne taille en fonction du réseau, vous avez des modèles disponibles, vous pouvez changer les couleurs, la police, télécharger des images… vous êtes très libres (et encore plus avec la version payante, que j’ai prise). Pour obtenir des posts de qualité sur les réseaux sociaux, c’est vraiment une très bonne solution. Je vous le conseille vivement, ne serait-ce que d’aller le découvrir si vous ne connaissez pas. Vous pouvez également créer la couverture de votre roman numérique, faire des infographies, créer une carte postale,… tout ça avec des modèles et une facilité déroutante d’utilisation !

Je créé ma couverture de roman sur Canva, avec les polices qui me conviennent (je peux importer toutes les polices que je souhaite si bien sûr ce sont des polices libres de droit), l’image que j’ai choisie. Puis j’envoie ce que j’ai préparé à ma correctrice-graphiste, Laure-Anne Michel, qui finalise l’ensemble sous un logiciel plus adapté et qui sait bien mieux que moi comment positionner correctement le code-barres, s’il faut mettre le titre en plus gros, qui peut ajouter sa petite touche à l’image de couverture et bref : elle fait en sorte que l’ensemble soit simplement au top.

template-interface-canva
Exemple de page d’accueil de Canva

5 – Buffer

Quand je me suis inscrite sur les réseaux sociaux en août dernier, j’ai tout de suite découvert le côté chronophage de l’histoire. Il faut publier régulièrement, sur tous les réseaux, il faut commenter, répondre, liker, aller voir ce qu’il se passe. Waouh !

Buffer est LA solution pour vous permettre de prévoir vos posts de réseaux sociaux (photo incluse) et ne plus avoir à vous en soucier de la semaine ou même plus longtemps si vous êtes capables de prévoir sur une plus longue durée. Buffer, dans sa version gratuite, vous permet d’avoir jusqu’à trois comptes connectés, d’enregistrer vos posts et de programmer leur publication à l’heure et la date que vous voulez. J’avais testé trois outils de ce type au moment de me lancer et j’ai finalement choisi Buffer pour plusieurs raisons : sa facilité d’utilisation bien sûr, son design épuré et surtout, contrairement à la plupart des autres outils : même dans sa version gratuite, il n’y a pas besoin de valider à nouveau au moment de poster. Je vous explique : d’autres outils du même style vous demandent une confirmation sur votre smartphone avant de poster ce que vous avez préparé. Et il faut être réactif pour que ça fonctionne… ! Avec Buffer, pas besoin. J’ai donc un compte Facebook, un compte Twitter et un compte Instagram, je prépare un unique post et j’indique à Buffer que je souhaite publier sur les trois réseaux. Une fois mon post terminé, Buffer me propose de personnaliser par réseau, notamment pour la limite de caractères Twitter ou pour les hashtags qui ne sont pas nécessaires sur Facebook par exemple.

C’est simple, c’est fluide, c’est performant. Il y a eu deux fois depuis août où Buffer a rencontré des problèmes de publication mais à chaque fois j’ai été informé et mon post a simplement été publié au moment où ils ont pu reprendre une activité normale.

Pour découvrir l’outil : http://www.buffer.com

file-oBiFvq1cxa
Petit exemple de Buffer

6 – Pixabay

Vous cherchez une photo libre de droit pour illustrer un propos sur les réseaux sociaux ? Ou peut-être même pour votre couverture de roman ? Pourquoi ne pas aller voir pixabay.com ? Il existe plusieurs sites qui proposent des images libres de droit (cela ne vous empêche pas de citer le nom de l’auteur si vous l’utilisez mais il n’y a pas d’obligation, néanmoins je vous le conseille, c’est plus respectueux), j’utilise pour ma part Pixabay.

 

7 – Adobe Stock

Mais Pixabay ne suffit pas toujours, j’ai donc cédé à l’abonnement de 10 images mensuelles d’Adobe (le premier mois est gratuit si jamais il y a une photo qui vous plaît, pensez simplement à vous désinscrire avant le mois suivant sinon ils vous débiteront). J’utilise Adobe Stock pour trouver une image pour mes couvertures de roman mais parfois aussi pour illustrer mes articles de blog ou mes posts de réseaux sociaux. L’abonnement pour 10 images coûte un peu moins de 30 euros par mois. Ce sont des images de très grande qualité et honnêtement, à part si vous cherchez une licorne qui mange du chocolat, j’ai du mal à imaginer ce que vous ne trouverez pas sur Adobe Stock.

Et du coup, en vous disant ça, je suis allée vérifier s’il n’y avait pas une photo d’une licorne qui mange du chocolat… et bien si !! Il y en a une !! Et une autre où une licorne mange un cookie ! Et une autre où une licorne mange un donut… ça y est, j’ai tout vu sur cette planète !

 

8 – Kindle Create

Comme je suis exclusive Amazon pour mes romans, j’ai à ma disposition tous les outils Amazon pour amener le livre à son terme. Pour finaliser la mise en page de mon livre numérique, j’utilise l’outil Kindle Create. Vous pouvez importer votre fichier Word directement puis créer le menu, procéder à quelques ajustements de mise en page et HOP ! Le tour est joué, il n’y a plus qu’à publier.

 

9 – Calibre

Pour les services presses numériques, tout le monde n’a pas de Kindle. La plupart du temps, j’envoie les SP numériques au format EPUB. Pour transformer mon fichier Word en EPUB, j’utilise le logiciel gratuit Calibre. En cinq minutes top chrono, j’ai mon fichier EPUB exporté et je peux écrire aux blogueurs.

 

Voici pour une liste assez exhaustive des outils que j’utilise. Ce n’est pas impossible que j’en ai oublié. Si vous deviez en retenir deux dans la liste, je vous conseille vivement CANVA et BUFFER, qui sont à mes yeux des indispensables pour gérer ses réseaux sociaux de nos jours, comme un pro !