Pourquoi nous n’atteignons pas nos objectifs ? (et comment les atteindre !)

Ah les objectifs ! Qu’on se les fixe vraiment ou non, nous en avons tous. Nous voulons tous quelque chose, nous avons tous un but à atteindre.

Parfois, on y arrive.

Parfois, on n’y arrive pas.

Mais pourquoi est-ce qu’on n’y arrive pas ? Il y a deux ans, j’avais du mal à trouver la réponse à cette question. J’essayais de me tenir à un certain rythme, à certaines priorités, je tenais… deux semaines. Puis je lâchais tout. Quand ce n’était pas juste trois jours ou une semaine. Pourquoi ?

Mes priorités ressemblaient à ça :

  • Priorité 1 : Être performante au travail
  • Priorité 1 : M’occuper de mon entourage
  • Priorité 1 : Faire du sport
  • Priorité 1 : Manger sainement
  • Priorité 1 : Ecrire
  • Priorité 1 : Animer un groupe de sport
  • Priorité 1 : Préparer une surprise par mois pour un ami
  • Priorité 1 : Effectuer le Miracle Morning

Tout était prioritaire et par conséquent, RIEN ne l’était, puisque je n’étais pas capable de choisir entre l’un et l’autre. Je ne voulais faire aucune concession et je n’arrivais à atteindre quasiment aucun de mes objectifs. La seule chose que je maintenais, c’était le Miracle Morning (rituel du matin) et la pratique du sport. Mais c’était quelque chose d’ancré en mois depuis des années, c’était donc plus facile de tenir bon.

Qui plus est, il n’y avait pas d’objectifs définis derrière ça : qu’est-ce que ça voulait dire « être performante au travail ? ». A quel moment est-ce que je pouvais considérer que je l’étais ? Quand j’avais réalisé X projets ? Quand j’avais X clients ? Quand je générais X euros de chiffres d’affaire ? Et « m’occuper de mon entourage », qu’est-ce que ça voulait dire ? Que voulait dire « m’occuper » ? Et « entourage » ? Est-ce que ça regroupait toutes les personnes que je connaissais ou juste un groupe proche ?

Voilà, finalement le plus précis de mes objectifs et de mes priorités, c’était « préparer une surprise par mois pour un ami ».

Ce que je ne savais pas, à ce moment-là, c’était que ma priorité, ma VERITABLE priorité, c’était écrire. C’était ce que je voulais faire de ma vie. Et je n’y accordais absolument pas l’importance que j’aurais dû lui donner.

Comment est-ce que tout ça a changé ? Comment atteignons-nous nos objectifs ? Je crois qu’il y a plusieurs étapes :

  1. Trouver ce qui nous transcende
  2. Être précis
  3. Prioriser et accepter le changement
  4. Découper en petits objectifs
  5. Etablir les jalons
  6. Visez la Lune

Attention, je partage mon expérience, ce qui a marché pour moi. Peut-être que pour vous, c’est différent. Néanmoins, mon expérience s’appuie sur la lecture d’un (trop) gros paquet de livres de développement personnel dont j’ai appliqué les différentes méthodes. Donc je ne dois pas être la seule à avoir réussi à travers ces méthodes.

Au fil des livres que j’ai lus, je vous livre ici les étapes qui me paraissent importantes pour non seulement définir ses objectifs mais également les atteindre.

vision-2372177_1920

  1. Trouver ce qui nous transcende

C’est quelque chose que j’ai appris à travers ma lecture de The One Thing de Gary Keller.

Dans son livre, Gary Keller propose plusieurs méthodes pour trouver LA CHOSE qui est essentielle à nos yeux, celle qui nous transcende, celle qui doit être la priorité numéro 1.

J’insiste sur le terme « transcender » parce que ce n’est pas anodin. L’idée n’est pas que ce soit quelque chose qui vous plaise, c’est vraiment quelque chose qui doit être au-dessus du reste, qui vous inspire, qui vous donne envie de vous lever le matin, qui attire votre esprit, qui attise votre passion. C’est vraiment quelque chose de fort. C’est quelque chose qui vous rend heureux quand vous y pensez.

Pour moi, c’est écrire.

Dans son livre, Gary Keller indique ensuite comment gérer The One Thing au quotidien. Pour lui, c’est la première chose qu’il faut accomplir dans la journée, peu importe que ça prenne une heure ou trois heures. Mais si c’est bien la priorité numéro 1 de votre vie, alors il FAUT que ce soit la première chose à laquelle vous accordez du temps. Sinon c’est que ce n’est pas votre priorité numéro 1 et il n’y a pas de mal à ça : l’important est juste que vous sachiez ce qu’est votre priorité et que vous la placiez bien à sa place.

Le plus difficile, c’est de trouver ce qui vous transcende. Je prends souvent l’exemple d’Elon Musk : pour lui, c’est coloniser Mars à partir de 2024, par exemple. C’est très ambitieux (évidemment c’est du Elon Musk !). Cela ne veut pas dire que la chose qui vous transcende doit être ambitieuse. Mais quand vous y réfléchissez, abolissez toutes les contraintes. N’imaginez pas qu’il y a des obstacles, qu’il y a une barrière financière, une barrière de temps, une barrière… je ne sais quelle barrière. Il n’y a PAS de barrières pour choisir ce qui nous transcende. Vous verrez ensuite dans quelle manière votre objectif est réalisable et qu’est-ce qu’il faudra faire pour contourner les obstacles ou les franchir. Mais au moment de coucher sur papier ce qui vous transcende, oubliez tout ce qui barrera votre passage dans l’accomplissement de votre objectif. Parce que quand on songe aux contraintes, on baisse vite les bras. Imaginez si Elon Musk s’arrêtait à « mais personne n’a jamais colonisé Mars, comment est-ce que je vais faire ? ».

Voilà à quoi ressemblait mes priorités après-coup :

  • Priorité 1 : écrire
  • Priorité 2 : être disponible pour mon entourage
  • Priorité 3 : faire du sport

Le reste avait disparu.

Seul problème : mes objectifs n’étaient pas encore précis et donc pas quantifiables. Mais au moins, j’avais priorisé et je me sentais en harmonie avec ces priorités.

Top Priority

  1. Être précis

J’insiste sur cette étape parce qu’elle est cruciale. Vous ne pouvez pas vous récompenser d’avoir accompli un objectif si vous ne savez pas quand vous l’avez accompli. Vous ne pouvez pas être satisfait de vous pour avoir franchi une étape si vous ne savez pas à quel moment vous la franchissez.

La précision est très importante. J’ai donc pris chacune de mes priorités et j’ai fait des efforts pour réfléchir à plus précisément ce que je voulais.

  • Priorité 1 : écrire des romans de fantasy pour adolescents et pouvoir vivre de mon écriture
  • Priorité 2 : être disponible pour les trois personnes qui me sont le plus proche : répondre tous les jours à leurs messages et les voir au moins une fois toutes les deux semaines
  • Priorité 3 : faire du sport : au minimum trois fois par semaine à raison de 30 minutes minimum par séance

Voilà qui était beaucoup plus précis.

 

  1. Prioriser et accepter le changement

Je reviens sur le fait de prioriser parce que pour moi c’était très simple de mettre l’écriture en premier et ça l’est toujours : je n’ai pas d’enfants. Je pense qu’une fois qu’on est parent, il y a beaucoup de choses qui changent. Alors il est important d’intégrer dans vos priorités vos enfants ou votre conjoint s’ils sont effectivement une priorité. Si votre priorité c’est de passer du temps avec votre famille, c’est très bien ! Et à quel moment est-ce que vous considérez que vous avez passé du temps avec votre famille ? Peut-être que vous avez l’impression que ce n’est pas quelque chose de quantifiable, je le comprends. Mais peut-être qu’assister à tous les matchs de football de l’année de votre enfant c’est un bon objectif, non ? Ou de faire une activité familiale par semaine ? Parce qu’il est important que vous vous rendiez compte que vous accomplissez votre objectif de prioriser votre famille. Alors définissez avec précision ce qu’est « passer du temps avec ma famille ».

Puis passez à la priorité 2.

A noter que dans the One Thing, Gary Keller indique qu’il n’y a qu’une priorité et qu’on devrait se concentrer dessus non-stop jusqu’à ce qu’elle soit atteinte. Je préfère moduler cette pensée car j’intègre la vie personnelle dans mes priorités et je ne crois pas qu’il y ait une fin à « passer du temps avec sa famille » par exemple. Mais Gary Keller parle d’objectifs professionnels ou de projets personnels, c’est donc bien sûr différent. Son idée principale est que si on concentre toute son énergie sur un but, sans se disperser, on y arrive bien plus vite qu’en chassant trois lièvres à la fois.

Ensuite, il y a un autre point important, qui est bien développé dans La Semaine de 4h de Tim Ferriss : accepter que vos priorités vont changer. Aujourd’hui, vous en avez. Dans trois mois, elles seront peut-être différentes. Il n’y a pas de mal à ça. Si ce qui vous transcende aujourd’hui ne vous transcende plus demain, pourquoi poursuivre cette priorité ? Vous n’aurez plus la même énergie, plus la même envie. Accepter de revoir vos plans et vos priorités.

Pour moi, par exemple, mes priorités ont changé entre il y a deux ans et aujourd’hui :

  • Priorité 1 : écrire
  • Priorité 2 : rendre heureux mon conjoint
  • Priorité 3 : rendre heureux / m’occuper de mes deux chiens

 

  1. Découper en plus petits objectifs

Je vais m’intéresser principalement à ma priorité numéro 1, les deux autres étant d’ordre personnel. L’idée ici est que je ne vais pas gagner ma vie avec mes romans du jour au lendemain. Et avoir comment objectif « vivre de l’écriture de mes romans de fantasy pour adolescents »… eh bien, c’est plutôt long comme chemin à parcourir !

Alors, j’ai choisi de découper cet objectif en plus petits bouts, pour sentir que j’accomplissais des choses plus rapidement. Pour certains, écrire un roman, c’est quelque chose qui peut prendre des années. Alors imaginez-vous avec le même objectif sur votre tableau pendant des années, est-ce que ce n’est pas un peu déprimant d’avoir l’impression que ça n’avance pas ?

J’ai donc décidé de quantifier ainsi :

  • Ecrire 2 000 mots par jour pendant trois mois

C’était il y a deux ans. Depuis bien sûr, j’ai arrêté de travailler et je quantifie différemment : j’écris au minimum cinq à dix pages par jour. Mon but est de finir l’écriture d’un roman en un mois puis d’envoyer en correction et de publier dans les trois semaines suivantes. Je me fixe également des objectifs de revenus, de publication sur les réseaux sociaux et sur mon blog. Et surtout, je mets des jalons.

Si votre objectif est aussi ambitieux que coloniser Mars, il n’y a pas à avoir peur : découpez-le en plus petits objectifs, ça peut être :

  • Se renseigner sur l’atmosphère de Mars
  • Trouver des matériaux résistants à l’atmosphère de Mars
  • Créer les plans d’une base résistante
  • Budgétiser la base

Et au sein de chaque objectif, définissez de plus petites étapes encore.

hurry-2119711_1920

  1. Se mettre des jalons

Il est très important de se fixer des dates. Je sais, c’est énervant de se mettre des deadlines mais soyons honnêtes : s’il n’y en a pas, est-ce que vous allez travailler au même rythme ? Est-ce que vous allez vous y mettre ou est-ce que vous allez procrastiner ?

Mon rythme d’écriture est très ambitieux. Mais je m’y tiens de mon mieux et quand je déborde, ce n’est pas la fin du monde : si je mets une semaine de plus à écrire un roman, par exemple six semaines au lieu de 4/5 semaines est-ce que c’est grave ? Non. Ecrire un roman en six semaines c’est déjà génial. Mais si je n’avais pas cet objectif ambitieux, je procrastinerais beaucoup plus. De nos jours, on ne manque pas d’activités non productives qui nous permettent de nous évader mais aussi d’engloutir un temps monstre. J’essaye d’éviter ces activités au maximum.

Fixez-vous des objectifs de délai qui soient ambitieux mais réalisables et fixez-les « à reculons ». Exemple : Elon Musk veut commencer la colonisation de Mars pour 2024. Il va faire ce qu’on appelle un retroplanning :

2024 : Arrivée sur Mars

Début 2024 : Envoi de la navette pour la colonisation (le trajet met 9 mois)

Fin 2023 : tests finaux de la navette spatiale

2023 : …

Vous voyez l’idée.

Si ce n’est pas envisageable pour vous. Par exemple, si votre but c’est de devenir écrivain et de vivre de vos revenus d’auteur dès aujourd’hui, prenez les jalons dans l’autre sens. Avez-vous un roman sous la main tout prêt ? Oui, alors il ne vous reste plus qu’à noter les jalons pour le publier (couverture, corrections, résumé, ISBN, dépôt légal, publication, promotion…). Si non, vous pouvez commencer par noter les différentes étapes pour le créer et les dates auxquelles vous voulez que ces tâches soient accomplies (idée, trame détaillée, nombre de mots par jour, premier chapitre terminé pour le XX/XX/XX, …).

AdobeStock_182577271

  1. Visez la Lune

Je suis persuadée qu’il faut viser la Lune et même plus loin pour réussir. Ce que je veux dire par là c’est qu’il faut respecter votre ambition. Je ne vous dis pas que nous devons tous rêver de coloniser Mars, honnêtement il y a assez de personnes qui planchent sur la question.

Si votre ambition, c’est d’avoir une maison d’hôtes avec six chambres, un potager, un cuisinier qui prépare le petit-déjeuner… Ne vous réduisez pas à rêver d’une maison d’hôtes avec deux chambres, pas de potager et un petit déjeuner acheté à la boulangerie. Viser aussi haut que vous le voulez, aussi haut que vous vous sentez transcendé. Comme a dit Oscar Wilde : « Il faut toujours viser la Lune, car même en cas d’échec, on prend le risque d’atterrir dans les étoiles. »

Mon ambition personnelle est… affolante. Mon rêve, que je n’ose même pas formuler en priorité, ce serait de voir un de mes romans adaptés en film. Non mais vous imaginez la dingo que je suis ? Mais à rêver ça, j’ai fini par me publier, par gagner ma vie avec mes romans et finalement, les étapes restantes n’arriveront peut-être jamais (être publié par une ME, être adaptée en film) mais mine de rien j’ai déjà atterri dans les étoiles (selon moi, bien sûr). Alors peu importe mon ambition démesurée. Elle m’a menée jusqu’ici.

 

Enfin, une leçon que j’ai apprise…

Quand j’ai commencé ce travail de trouver ce qui me transcendait, j’ai cru au début que je respectais ma part du deal : j’écrivais tous les matins, je faisais de mon mieux pour avancer sur mon roman, tout en travaillant le reste de la journée. Ma priorité matinale était respectée.

Pourtant, tant que je n’avais pas placée l’écriture au centre de ma vie, vraiment au centre de ma vie, rien ne s’est produit. Je n’ai rien publié.

Puis j’ai arrêté de travailler, j’ai pris ce risque que je ne regrette pas, j’ai consacré mon temps et mon énergie à écrire un nouveau livre, qui n’avait rien à voir avec celui que j’écrivais depuis 18 années et alors j’ai publié mon premier roman.

Depuis, j’ai une chance incroyable, je vis de mon écriture. Je ne sais pas si le cheminement que j’ai fait ces dernières années devait m’amener là, si c’était un travail préparatoire ou si au final, d’avoir tout laissé derrière moi et de m’être consacré à l’écriture à temps plein était l’élément déclencheur.

Mais ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui, écrire est réellement ma priorité. Et je crois que c’est comme ça qu’on atteint ses objectifs : en les mettant au centre de nos vies.

12 réflexions sur “Pourquoi nous n’atteignons pas nos objectifs ? (et comment les atteindre !)

  1. Mélanie dit :

    Pourquoi ne pas faire un livre avec tous tes conseils et ton partage d’expérience ? C’est vrai que c’est inspirant et motivant 🙂 en te lisant je me rend compte à quel point je procrastine et je perds du temps sur des choses si peu essentielles (comme la télé, les séries, les publications Facebook…). Je vais tâcher de prioriser tout ça pour consacrer plus de temps à l’écriture 🙂 merci pour ces conseils.

    Aimé par 1 personne

    • Jupiter Phaeton dit :

      Bonjour Mélanie,
      J’ai songé à en faire un livre mais je ne dispose pas encore d’assez d’expérience :).
      Mais tu as raison, on perd très vite beaucoup de temps en se mettant sur son smartphone, en zappant des vidéos Youtube, en regardant les réseaux… c’est un gouffre à temps ! C’est pourquoi il faut encadrer tout ça 🙂

      J'aime

  2. Lunesoleil dit :

    A reblogué ceci sur L'actualité de Lunesoleilet a ajouté:
    Symbole de l’optimisation, de la croyance a des meilleurs jours heureux que demain sera un jour jour et que se nourrir de pensées positives dont le but c’est de reprogrammer son état d’esprit (c’est comme chaque jour aérer en ouvrant la fenêtre pour changer l’air ambiant) une habitude a realiser dans sa tête.
    Jupiter le gardien de la bonne humeur est entré ce 8 novembre dans le signe du Sagittaire où il en est le maître. Jupiter y fait son retour tous les 12 ans, avec a chaque fois des défis à relever.
    Ce retour de Jupiter en Sagittaire se fait le 20 novembre au carré croissant de Mars en conjonction décroissante de Neptune rétro dans les Poissons et signifier le caractère non conventionnel des Gilets Jaunes. Ce jour la Lune en conjonction Uranus rétro dans l’axe d’opposition du retour de Vénus direct mais encore en phase stationnaire.
    On peut remarquer que les deux conjonctions (Mars/Neptune rétro et Lune/Uranus rétro ) conjonction phase décroissante accompagnée d’une planète rétrograde, peut parler de ces revendications sociales … 🤓
    Autre faits astrologiques à venir les trois carrés décroissants de Jupiter/Neptune
    ■ 1) 13 janvier 2019
    ■ 2) 16 juin 2019
    ■ 3) 21 septembre 2019
    Dans la rédaction de ce reblog en même temps sur M6 , un reportage les mains d’or du massage, de circonstance, car ce dernier quartier du cycle Jupiter/Neptune peut favoriser les activités sur le bien être et en priorité sur le soin énergétique.
    Mais cette émission est en accord davantage avecla conjonction décroissante de Mars/Neptune /Poissons.
    Pour revenir sur Jupiter/Neptune marqueur de l’année 2019 peut demander des efforts sociaux supplémentaires mais aussi que les promesses seront retardés ou encore décevantes par la nature détournée des objectifs et ne provoquer des désillusions.
    Ce ne sra pas une phase de progrès sociale, mais de promesses non tenues. Les faux espoirs peuvent favoriser des projets sociaux en parallèle et tout autant une économie en parallèle (Jupiter phase décroissante Saturne, phase 12 du cycle) permettant de développer un système du don par l’échange pour les plus chanceux.

    J'aime

  3. Jupiter Phaeton dit :

    Bonjour CL. ! Merci pour ton message (on peut se tutoyer ?), ça me fait très plaisir et merci à Lune Soleil :). N’hésite pas si tu as des questions ou si tu as envie d’échanger, tu peux me contacter directement sur mon email si tu veux (page à propos). Excellentes fêtes à toi également !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s