Bilan des ventes d’octobre qui va vous donner envie de vous publier…

Ça y est, le décompte du nombre de pages lues du mois d’octobre dans l’abonnement Kindle, ainsi que la mise à jour du fonds KDP, sont tombés cette semaine. J’ai donc tous les chiffres à ma disposition pour vous dresser le bilan des ventes.

Il y a une nouveauté ce mois-ci : j’ai publié mon deuxième ouvrage en octobre et j’avais hâte de voir l’effet sur les ventes. Ce n’était pas une suite donc je ne peux pas encore étudier les ventes d’un tome 2 par rapport à un tome 1 (chose que nous verrons en décembre car j’ai sorti cette semaine le tome 2 des aventures de Ryvenn et nous pourrons donc analyser les chiffres à ce sujet en décembre).

En revanche, nous pouvons déjà voir le cycle de vie d’un livre sur 3 mois, Ryvenn ayant été publié début août. Car c’était l’une des questions que je me posais : combien de temps avant que mon premier roman tombe aux oubliettes et ne soit plus acheté ?

Eh bien grosse surprise : Ryvenn était toujours dans le top 100 Amazon au 31 octobre !

Au 1er octobre, le tome 1 de Ryvenn était 40ème du classement global et toujours premier des ventes de sa catégorie. Au 31 octobre, le livre était tombé à la 81ème place du classement global, ce qui n’est déjà pas si mal !

La clef des portails, le tome 1 de la série d’Akalie, est sorti le 5 octobre et a rapidement progressé dans le classement, intégrant le top 100 Amazon dès le 7 octobre. Mes deux romans se sont successivement partagés la place de premier et de deuxième de leur catégorie. Je me suis sentie extrêmement chanceuse et pleine de gratitude envers les lecteurs. Bien sûr, depuis ils sont sortis de ces places, ils tournent entre la 3ème et la 6ème place de leur catégorie à l’heure où j’écris (15 novembre).

deux romans numéro 1 et numéro 2
Quand tes romans se partagent la première et la deuxième place (le Mage Immortel est venu à plusieurs fois nous passer devant pour info ! Il est très noté, je l’ai mis dans ma PAL, quelqu’un l’a lu ?)
numéro 1 et 2
Et quand ils s’échangent leur place… !

Akalie a atteint la 11ème place du classement global Amazon (et donc la première de sa catégorie) et au 31 octobre, elle était encore à la 28ème place du top 100.

Bon, le classement ce n’est pas forcément ce qui vous intéresse le plus. J’en parle parce que cela permet de se rendre compte aussi du nombre de ventes quotidiens. Il se peut qu’un jour vous vendiez très mal (votre nombre de ventes chute) mais que vous ne perdiez pas beaucoup de places au classement : de ce que j’en comprends, cela veut tout simplement dire qu’il n’y a pas beaucoup d’achats ce jour sur la plateforme Amazon, sinon vous perdriez en classement. Vous suivez donc une tendance globale. En revanche, si votre nombre de ventes chute ET que votre classement chute, cela signifie que votre livre se vend moins bien que les autres. C’est l’analyse que je fais en tous cas de ces deux chiffres croisés (classement et nombre de ventes), sachant que ce n’est pas toujours facile à observer puisque les emprunts sont également comptabilisés pour le classement (si vous êtes dans l’abonnement Kindle) Or vous n’avez pas de visibilité sur le nombre d’emprunts effectués, uniquement sur le nombre de pages lues.

[Note ajoutée suite au commentaire de M.A.D, auteur de La Légende des Ombres, sur Instagram : « De ce que j’ai pu lire et constater, le classement dépend uniquement des ventes (pas des commentaires ou de notes). Le classement se base sur les ventes du jour mais également sur les ventes des jours précédents (pondérées par coefficient qui diminuent plus on remonte dans le temps). C’est pour ça que tu peux rester dans le top même si ton livre se vend moins un jour. L’algo traduit une tendance de tes ventes et prend aussi en compte l’ensemble des autres livre du classement.« ]

Donc arrêtons le suspense, voici les ventes pour le mois d’octobre !

global octobre

Il y a eu 471 387 pages lues, réparties entre les deux romans (282 846 pour Akalie et 188 541 pour Ryvenn). Rien que ça c’est absolument génial ! En revanche, le prix à la page était plus faible ce mois-ci, on était plutôt à 0,00426 euros la page que 0,0044 euros. Pourquoi une variation ? Pour rappel, la rémunération basée sur l’abonnement Kindle se fait ainsi :

  • Kindle calcule le nombre de pages lues au global dans l’abonnement
  • Kindle calcule le nombre de pages lues pour vos romans
  • Kindle calcule le pourcentage que représente votre nombre de pages lues par rapport au global
  • Kindle calcule le montant du fonds KDP actuel (20 500 000 euros en ce moment)
  • Kindle vous verse le pourcentage de ce fonds, qui est le même pourcentage que votre nombre de pages lues

Donc si le coût à la page baisse, c’est parce qu’il y a eu plus de pages lues dans l’abonnement que le mois précédent et que l’augmentation du montant du fonds mondial n’a pas couvert cette vague de pages lues. Tout simplement, les gens qui ont l’abonnement Kindle ont plus lu en octobre qu’en septembre.

Donc pour octobre, le montant s’élève à environ 2 000 euros (tous marchés confondus) pour ma part, ce qui est excellent quand on se rappelle que 2 000 euros, c’était la somme des ventes + des pages lues de l’abonnement en août pour mes revenus !

Pour la partie ventes, il y a eu : 538 ebooks vendus et 69 livres au format papier. En termes de montant, cela fait également un peu plus de 2 350 euros (je vous épargne les conversions des monnaies des autres marchés) soit un total de 4 350 euros pour le mois d’octobre, ce qui est absolument génial !

 

ebooks vendus en octobre
Nombre d’ebooks vendus en octobre et nombre de pages lues dans l’abonnement Kindle
livre broché vendus en octobre
Nombre de livres format papier vendus en octobre

Bien sûr, il faut retrancher les cotisations sociales (22%). Et ensuite payer l’impôt sur le revenu. Mais cet argent a été gagné… en écrivant ! Et c’est une somme qui dépasse mes attentes, je suis donc d’autant plus heureuse !

rapport global des revenus en octobre
Tableau des revenus par marché pour le mois d’octobre

En termes de nombres d’exemplaires lus, on a vu 538 ebooks + 69 livres au format papier, il faut également ajouter les livres empruntés, je divise donc le nombre de pages lues par le nombre de pages moyen de mon ouvrage et j’obtiens : 920 exemplaires lus. Donc 538 + 69 + 920 = 1 527 exemplaires.

Ce qui, depuis trois mois, nous fait un total de 3 226 livres vendus / empruntés dans l’abonnement Kindle. Il faut bien préciser que c’est « environ 3 226 » car je ne sais pas avec certitude si mon livre qui a été emprunté dans l’abonnement a été intégralement lu ou non. Si ça se trouve, il y a pléthore de gens qui ont lu 10 pages et qui l’ont rendu parce que ça ne leur plaisait pas (et ils ont bien raison, il ne faut pas se forcer à lire quelque chose qui ne nous plaît pas !). Mais bon, on extrapole à partir de ce qu’on a comme chiffres !

 

Parlons maintenant de la répartition entre les deux romans, qui est un sujet qui personnellement m’intéressait beaucoup. Mon premier roman, publié en août, est-il en train de tomber aux oubliettes ?

Eh bien pas tant que ça ! Il représente encore en octobre :

  • 65% des ventes au format papier (mais bon comme vous le voyez, je ne vends pas beaucoup de papier)
  • 43% des ventes ebook (ce qui est énorme ! presque la moitié !)
  • 40% du nombre de pages lues dans l’abonnement Kindle
  • 41% de mes revenus d’octobre (soit 1800 euros environ

Mon premier roman continue donc de se vendre, bien sûr les chiffres sont en baisse, mais du 1er au 15 novembre, il y avait encore plus de 100 ebooks vendus pour la dernière empathe !

 

Alors je ne vous montre pas tous ces chiffres pour le plaisir de vous dire « waouuuu je gagne ma vie en tant qu’auto-édité » (même si bien sûr je suis super heureuse que ce soit le cas). Je vous le montre parce que j’ai envie que vous compreniez que c’est possible, que ce n’est pas forcément réservé à une élite de générer de l’argent avec ses romans auto-publiés et que vous pouvez vous aussi tenter votre chance. J’ai aussi envie de lever le voile sur les revenus des auto-édités et la manière dont fonctionne la rémunération Amazon. Franchement, je suis convaincue par leur système. Des personnes vous diront sûrement qu’ils se font de l’argent sur le dos des écrivains : mais il faut bien qu’ils gagnent leur vie pour faire tourner la plateforme, pour proposer des innovations régulières, pour permettre aux écrivains de s’auto-éditer sans débourser un euro, pour vous permettre d’avoir vos exemplaires papiers à un prix correct…

Pour l’instant, je ne peux que dire merci à Kindle Direct Publishing et à Amazon. D’une certaine manière, ils sont mes éditeurs à l’heure actuelle. Les deux fois où j’ai eu à contacter le service client par email j’ai reçu une réponse en 14h (ils répondent sous 24h) et ils ont été non seulement d’une grande amabilité mais ils ont tout de suite cerné le problème et y ont répondu dans la foulée.

Je suis extrêmement heureuse d’avoir tenté l’aventure. Si vous aussi ça vous tente et que vous voulez m’en parler, écrivez-moi un email ou un commentaire, je serais ravie de répondre à vos questions si vous en avez ! (mes coordonnées sont dans la page à propos ou contact du blog). Pour tous ceux qui hésitent encore à se lancer, je suis aussi disponible pour débattre du sujet avec vous !