Top 9 de mes habitudes d’écrivain

Plusieurs d’entre vous m’ont contactée avec beaucoup de gentillesse en posant la question suivante « qu’est-ce qui fait que tu arrives à vendre en tant qu’auto-édité ? ». C’est une vaste question, à laquelle je ne pense pas être capable de répondre. Il y a trop de paramètres qui entrent en compte, sans parler de la chance qui s’invite parfois !

Je suis assez persuadée que nous sommes le fruit de nos habitudes. « Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée », a dit Aristote. Et ce sont ces efforts quotidiens qui nous permettent ou non de réussir ce que nous entreprenons. Par conséquent, je vais vous parler de ces petites choses que je fais régulièrement et qui potentiellement contribuent aux ventes, sans que je puisse pour autant vous le garantir.

 

Habitude #1 – Je réponds à tous les messages que je reçois

… sans exception, ce qui fait que parfois je peux mettre du temps à répondre. Mais aucun email ou message de réseaux sociaux ne reste sans réponse, qu’il concerne mes romans, mon blog ou autre. Et je m’intéresse toujours à la personne qui m’écrit. Ce n’est pas de l’hypocrisie, c’est simplement que la personne fait l’effort de me contacter, ce qui n’est pas toujours aidé et ça me paraît normal d’en savoir plus. Surtout que quand on le fait, on découvre souvent des personnes et des personnalités extraordinaires. J’entretiens d’ailleurs plusieurs relations « mailistiques » avec ces personnes depuis et c’est un vrai plaisir de correspondre avec eux au quotidien.

À noter que répondre aux messages me prend 1 à 3 heures par jour (et il en reste toujours !).

 

Habitude #2 – Je bois un demi-litre de chocolat chaud par jour

… et parfois plus. Peut-être que c’est comme la potion magique de Panoramix, peut-être pas. Clairement, sans chocolat chaud, je suis inapte à quoi que ce soit et je ne peux pas écrire mon roman. Donnez-moi un chocolat (de préférence le chocolat viennois classique du Starbucks) et le monde s’éclaire et se pare de couleurs pailletées.

Peut-être que je suis droguée au fond.

 

Habitude #3 – J’écris tous les jours…

… environ 2 500 à 5 000 mots par jour. Je ne me permets pas d’avoir des excuses sous prétexte que je suis fatiguée. J’écris le matin, depuis le Starbucks à côté de chez moi. Si pour X raisons, je sais que je ne vais pas pouvoir écrire le matin, je le prévois dans ma journée et je me ménage une autre plage horaire pour avoir le temps d’écrire.

Je crois vraiment qu’écrire, c’est comme un muscle : plus on l’entraîne, plus il se perfectionne. Bien sûr, au début, c’était difficile d’écrire 2 500 à 5 000 mots par jour. Mais plus on le fait et plus ça devient facile. Si jamais je suis bloquée, je ne me force pas, je vais balader mes chiens et j’en profite pour réfléchir à comment débloquer la situation de mon scénario. Mais cela arrive très rarement car…

 

Habitude #4 – La trame de mes romans est définie avant…

… que je me mette à l’écrire. Je crois que c’est primordial, en tous cas pour moi. Si je ne le fais pas, je prends le risque de m’éparpiller et de ne plus avoir un roman cohérent. Je risque d’oublier de répondre à certaines interrogations soulevées, d’avoir des problèmes de chronologies ou des personnes mal définis dont on ne voit pas l’évolution. Je prends donc le temps d’écrire la trame détaillée, chapitre par chapitre, de ce qui va se passer dans mon livre. Pour moi c’est très bénéfique car en plus d’avoir une bonne vision au moment de me mettre à écrire, je n’ai pas le syndrome de la page blanche. Je n’ai en effet pas besoin de me poser la question de ce qui va arriver puisque c’est déjà prévu et noté dans un outil adapté auquel je peux me référer régulièrement.

 

Habitude #5 – J’assume mon statut d’écrivain…

… depuis le premier jour et même avant d’être publiée. Il y a une citation célèbre qui dit « habille toi pour le poste que tu veux, pas pour celui que tu as ». L’idée c’est déjà de se mettre dans la peau de la personne que vous voulez être pour déclencher d’autant plus rapidement l’arrivée de ce que vous voulez. Quand j’ai arrêté de travailler, je n’ai pas caché que c’était pour écrire. Quand on me demande ce que je fais, je dis clairement que je suis écrivain. Bien sûr, directement les gens me demandent, un peu suspicieux « mais tu es publiée ? ». Oui, je suis publiée et je dis ouvertement que je suis auto-éditée car je n’en ai pas honte. J’ai choisi cette voie et elle me permet de m’assumer financièrement aujourd’hui alors pourquoi me cacher ?

Vous faites face ou ferez face à beaucoup de personnes qui vous diront : « mais alors, tu ne travailles pas ? » ou encore « quand est-ce que tu retournes travailler ? » comme si ce que vous faisiez à l’heure actuelle n’était qu’un instant de récréation, un moment de folie passagère qui va s’essouffler et alors, il vous faudra bien faire comme tout le monde et retourner prendre un emploi de salarié. Ce n’est pas parce que ces gens sont dans l’incompréhension ou la jalousie que vous devez vous remettre en question et immédiatement vous demandez « mais ils ont raison, qu’est-ce que je suis en train de faire ? ». Certes, c’est une question qu’il faudra se poser si vous ne générez aucun revenu et que vous avez besoin d’en générer. Mais même si vous prenez un job alimentaire pour vous en sortir, continuez d’écrire, persévérez ! Et quand les gens vous demanderont ce que vous faites, ne leur parlez pas de votre boulot alimentaire, dites-leur que vous êtes écrivain. Parce que c’est ce que vous êtes, c’est ce pour quoi vous travaillez, c’est ce à quoi vous aspirez. C’est à vous de choisir la définition qui vous convient le mieux quand on vous demande ce que vous faites dans la vie. Ce n’est pas aux codes de la société de vous l’imposez. Je sais que la société définit ce que vous êtes par « quel job fais-tu ? » ou encore « qu’est-ce qui occupe la majorité de ton temps ? », qui est déjà peut-être un mieux puisque votre livre, j’en suis certaine, occupe toutes vos pensées. Mais la vraie question qui devrait être derrière tout ça ce serait plutôt « qu’est-ce qui te donne envie de te lever le matin ? », « qu’est-ce qui te donne de l’énergie ? ». C’est à vous de choisir l’interprétation que vous en faites mais je vous recommande de vous mettre en avant en tant qu’écrivain, de ne pas vous cacher.

Et n’oubliez pas qu’effectivement il y a ceux qui ne comprendront pas mais il y a aussi ceux qui vous encourageront corps et âme. Ce qui m’amène à…

 

Habitude #6 – Je suis bien entourée

Il y a une chanson de Taylor Swift qui dit « the haters gonna hate, hate, hate, hate, hate
Baby, I’m just gonna shake, shake, shake, shake, shake
I shake it off, I shake it off». Bon allez-y moquez-vous parce que j’écoute du Taylor Swift 😊. L’idée de cette phrase c’est qu’il y aura toujours des gens pour dire qu’ils n’aiment pas quelque chose, c’est leur job d’une certaine manière. Et il faut simplement continuer son chemin et les ignorer. Pour y arriver, il faut être bien entouré. Si vous avez des « haters » dans votre entourage, je suis navrée de vous annoncer que ce sont des gens qui vont vous tirer vers le bas et vous miner le moral, c’est probablement déjà le cas. Alors que faites-vous encore avec eux ? Pour leur accordez-vous encore du temps et de l’attention s’ils vous font du mal ? Attention tout le monde n’a pas des haters dans son entourage, je veux juste vous dire qu’il y a ceux qui vous porteront vers le haut, ceux qui seront neutres et ceux qui vous tireront vers le bas. Vous ne voulez pas des gens de la dernière catégorie. Les gens qui nous entourent sont primordiaux : c’est le socle sur lequel vous vous appuyez pour avancer dans la vie, ce sont les personnes que vous appelez quand vous perdez confiance en vous. Ce sont les piliers de votre vie.

Personnellement, quand je sens que je vacille au milieu de l’écriture de mon manuscrit, quand je sens que je me mets à douter et que je me dis « non mais c’est de la merde ce que j’écris » (toutes mes excuses pour la vulgarité), j’écris immédiatement à ma meilleure amie, qui me met un bon coup de pied au cul digne de ce nom et HOP ! Je repars. Il vous faut des personnes comme ça pour vous épauler et vous remettre dans les rails.

 

Habitude #7 – Je poste sur les réseaux sociaux…

… tous les jours. Et oui c’est quelque chose qui peut être chronophage et non, je ne connaissais rien aux réseaux sociaux avant de publier mon premier roman. Je m’y suis mise parce qu’il me paraissait important de développer une communauté. De toutes les astuces, les trucs, les idées que j’ai lus sur comment promouvoir son roman, les réseaux sont clairement incontournables. Bâtir sa communauté c’est s’assurer de la visibilité mais aussi des ventes tout simplement. C’est également un merveilleux moyen de partage. On apprend des uns et des autres, on fait des rencontres et des découvertes. Je ne suis toujours pas très à l’aise avec certains réseaux (Twitter et Facebook notamment) mais je compte me former sur le sujet pour mieux appréhender les fonctionnements des communautés. Je pense également que c’est important pour fidéliser son lectorat. Grâce aux bookstagrammeuses, Instagram est devenu très important dans la promotion d’un livre. Je vous recommande de vous créer un compte si vous ne l’avez pas encore fait et d’aller voir ce qui s’y passe.

 

Habitude #8 – J’éprouve de la gratitude

La chance n’est probablement pas l’unique facteur qui fait qu’aujourd’hui je peux écrire à temps plein. Mais je pense sincèrement que c’en est un (oui oui, vous allez me fusiller avec mon propre article sur le syndrome de l’imposteur mais si je ne l’avais pas, je ne pourrais pas écrire dessus). Et peu importe que ce soit la chance qui m’ait amenée ici ou autre chose, je me lève chaque matin avec beaucoup de gratitude. La gratitude de pouvoir écrire chaque jour, de pouvoir vivre de ma passion et de pouvoir y consacrer le temps que je souhaite. Je me couche avec les mêmes idées. Je prends le temps de remercier chaque personne qui me contacte, chaque proche qui me soutient et je le fais avec beaucoup de sincérité parce que je suis ravie de chaque jour dans cette vie.

 

Habitude #9 – Je médite

Je médite tous les jours, que ce soit 5 minutes, 20 minutes ou plus. C’est très important pour moi car ça m’aide beaucoup à éclaircir mes pensées et notamment à me concentrer sur l’instant présent. Alors ça paraît très spirituel mais au moment où j’écris, cela m’aide à me mettre dans une sorte de bulle où personne ne peut m’atteindre. De la même manière, quand je suis en rendez-vous avec une personne, je n’ai pas de pensées parasites et je peux me consacrer entièrement à elle.

Parmi toutes les habitudes que j’ai essayées au fil des années, la méditation est celle qui m’est restée et qui a le plus changé ma vie. Ce n’est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain, il faut vraiment s’engager sur plusieurs semaines pour voir les résultats. Et peut-être que ça fonctionne sur certaines personnes et pas sur d’autres. Je n’en sais rien, je n’ai que le résultat de ma propre expérience. Mais je peux vous dire que le jour où j’ai commencé la méditation, c’est également le jour où j’ai commencé à transformer ma vie pour m’y sentir mieux, plus à l’aise et plus en phase. Et depuis, le travail, la chance et le destin ont porté leurs fruits.

Excellence is not an act, but a habit

Ce n’est pas pour rien que le sportif s’entraîne régulièrement : c’est pour s’améliorer et créer des automatismes. Il répète le même geste, inlassablement. Il apprend à tirer dans un ballon, dans une balle, à tirer le bras plus en avant pour nager plus vite, à lever le pied plus haut pour donner un coup, à effectuer une prise avec encore plus de rapidité, à lancer un javelot encore plus loin. Les exemples sont infinis.

C’est le principe même d’une habitude : répéter quelque chose, chaque jour, en vue de s’améliorer dans un domaine idéalement. Attention, boire du chocolat chaud ne rentre pas dans cette catégorie bien sûr ! *rires*

Je n’ai pas cité toutes mes habitudes ci-dessus mais par exemple je lis tous les jours quelques pages d’un livre de développement personnel ou d’apprentissage (j’apprends notamment les langues étrangères). Parfois je ne lis que cinq pages, parfois je prends le temps d’en lire une vingtaine. Ce n’est pas beaucoup, c’est un petit peu tous les jours mais c’est suffisant pour lire plusieurs livres de développement personnel ou d’apprentissage d’un domaine quelconque par an et pour enrichir mes connaissances. De la même manière, quand j’ai voulu apprendre le langage des signes, j’ai décidé d’apprendre trois mots par jour. Pourquoi trois ? Parce que deux ce n’était pas assez pour moi et que quatre ou cinq c’était un engagement trop important, que je risquais de ne pas suivre. J’en ai donc appris trois par jour. Au bout d’un mois, j’en connaissais presque 100. On peut déjà former des phrases avec 100 mots. Au bout de trois mois, j’étais capable de tenir une conversation de base. C’est la force des habitudes, des petits gestes qu’on répète au quotidien : ils nous portent sur le long terme.

D’ailleurs, si vous êtes droitier et que vous voulez apprendre à vous servir de votre main gauche pour équilibrer les deux mains, vous pouvez tout simplement commencer en vous brossant les dents de la main gauche, en portant la casserole hors du feu avec la main généralement non utilisée, en battant les œufs, en ouvrant la porte… Ce sont des tous petits gestes, ce sont des habitudes ancrées en vous. Et c’est en les modifiant qu’on apporte du changement dans nos vies, petit à petit, et que ce changement s’installe sur le long terme.

Nos habitudes créent de l’ordre et de la cohérence dans nos vies. Elles peuvent nous pousser vers nos buts et parfois nous retenir de les atteindre, selon lesquelles nous avons intégrées dans nos vies.

Parmi toutes les habitudes que j’ai citées, il est évident qu’écrire tous les jours est celle qui m’a le plus aidée à réaliser mon rêve. D’autres servent simplement à maintenir mon équilibre. Et vous ? Quelles sont les habitudes qui vous aident et vous poussent vers vos objectifs au quotidien ?

6 réflexions sur “Top 9 de mes habitudes d’écrivain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s