Rencontre avec celle qui écrit la vie : Anne-Sylvie Pinel

C’est par un heureux hasard de la vie, une coïncidence, un conseil, le mot d’un ami, appelez-le comme vous le souhaitez, que j’ai rencontré Anne-Sylvie Pinel. Il y a des rencontres qui devaient arriver. Peut-être qu’elles doivent toutes se produire, toutes celles qui font de notre vie ce qu’elle est.

Je ne sais pas par où commencer pour vous expliquer qui est Anne-Sylvie. Elle est prête-plume, biographe, plume de vie. Elle écrit l’histoire de la vie des autres, elle se fond en vous, elle s’imagine à votre place, elle essaye de respirer à l’unisson avec vous, pour mieux ressentir ce qui a fait votre vie et pour mieux l’écrire. Elle vous pose des questions, elle vous aide à mettre des mots sur des faits et des émotions. Elle vous accompagne dans un travail qui pourrait être une thérapie pour certains, un cadeau pour d’autres.

Anne-Sylvie, c’est le jour et la vie. C’est le sourire, la lumière et la passion. Elle écrit, elle danse, elle fait du théâtre, elle vit, elle se nourrit de tout ce qui l’entoure. Elle est la flamme qui brûle où qu’elle aille.

C’est un petit peu obscur, non ? Je vais essayer de vous narrer plus en détails cette personnalité étonnante et cette rencontre pleine de résonnance.

Après quelques échanges emails, j’ai rencontré Anne-Sylvie dans un… Starbucks. Oui, on ne me refait pas. Le chocolat rime avec bonheur, bon moment, rencontre. Comment ça, ça ne rime pas pour un sou ? Faites preuve d’imagination, voyons !

Anne-Sylvie est arrivé avec son sourire, ses longs cheveux châtains, sa taille svelte de danseuse et des questions, des questions, des questions. Elle est belle, elle est resplendissante, elle est bien dans sa peau.

Elle a pris plusieurs virages dans sa vie. Anne-Sylvie touche à tout, elle essaye tout, elle s’est cherchée, elle s’est trouvée, peut-être que plus tard elle se cherchera à nouveau, comme nous tous. Après des études littéraires, elle a effectué trois ans au Conservatoire d’art dramatique de Rennes, en vue de réaliser son rêve d’enfant d’être comédienne. Puis elle a décollé pour le pays qui a fait pétiller sa vie : l’Argentine, où elle a été attachée de presse de l’ambassade de France, à Buenos Aires. Elle devait y rester trois mois, elle y restera finalement un an. Elle y apprendra le tango et quand elle rentrera à Paris, ce sera avec l’envie de danser, danser et danser encore sur les rythmes latinos.

Anne-Sylvie a déposé ses bagages en France, de nouveau. Il y a des cours de danse latine, mais pas forcément de tango par ici. Elle finit par trouver une troupe de… French Cancan. Si, si ! Anne-Sylvie s’assume et quand il s’agit de danser, ou de toute autre chose d’ailleurs, elle se donne à fond.

S’il faut parler de ses divers métiers, faisons le tour : journaliste pour la télévision, rédactrice pour un magazine de voyage, assistante RH chez Vuitton, prof de tango, institutrice, réceptionniste, animatrice d’ateliers philo, responsable éditoriale… La vie est une succession d’expériences, on en garde le bon, comme le mauvais, et on se construit dessus pour découvrir ce qu’on veut faire de son temps.

Car le temps, c’est la seule denrée qu’on ne peut jamais récupérer. Il vient et il s’en va tout aussi vite. Anne-Sylvie se pose après tous ces jobs et prend alors le temps de réfléchir à ce qu’elle veut faire. Elle aime écrire, elle aime danser, elle aime écouter, elle aime poser des questions, elle aime ressentir des émotions. Elle ne sait pas encore si elle écrira un roman, quand son idée d’entreprise naît. Elle sait que la vie est un roman et qu’elle aimerait écrire la vie des autres.

Sur le moment, lors du dîner où l’idée brillante lui vient alors qu’elle discute avec son conjoint, elle est persuadée que c’est du jamais-vu. Elle en rit en me le racontant, à côté des escaliers, un chocolat chaud dans la main (car je l’ai convertie, bien évidemment).

« On pensait que ça n’existait pas ! Quelqu’un qui écrit sur la vie des autres ! » me dit-elle avec enthousiasme et dérision.

« Et le soir même, je cherche sur internet, et je découvre qu’en fait il y a plein de prête-plumes ! ».

Elle rit, avec ce sourire qui met immédiatement les gens à l’aise.

Elle a quitté son CDI quelques mois auparavant, elle s’est formée sur divers sujets, elle s’est cherchée. Elle s’est trouvée. Anne-Sylvie ouvre son site internet pendant l’été 2018 et devient biographe. Des gens la contactent pour lui raconter une tranche de vie et pour qu’elle la mette par écrit. Parfois, c’est un fils qui veut offrir un cadeau à son père. Parfois, ce sont des parents qui veulent offrir un cadeau aux futurs mariés. Parfois, ce sont des indépendants qui aimeraient écrire un livre sur leur métier. Mais toujours, toujours, ce sont des émotions. Quand elle écoute ce grand-père juif, qui parle de l’époque de la guerre et qui lui demande : « mais moi, je ne sais pas parler, je ne sais pas dire ces choses-là, comment est-ce qu’on dit ? », Anne-Sylvie l’accompagne, elle l’écoute, elle cherche les mots justes, ceux qui retransmettront toute l’émotion de cet instant.

Au fil des semaines, elle écoute son client, même si le mot ne lui plaira pas car elle a du mal à voir la relation commerciale derrière tout ça. Si ça ne tenait qu’à elle, Anne-Sylvie ne facturerait personne ! Mais il faut bien gagner sa vie pour vivre et continuer d’écrire des tranches de vie, parfois toute une vie. Elle écoute cette personne qui se livre à elle, pendant deux heures. Puis elle couche sur papier ce qu’elle a compris, elle envoie, ils relisent. Ils recommencent, jusqu’à l’achèvement du livre. C’est un travail de collaboration, c’est une coopération, c’est une émotion et des événements, ce sont des ressentis, parfois ce sont des silences. Anne-Sylvie aspire ce monde qui n’est pas le sien et elle l’écrit, comme si elle le vivait vraiment.

Son parcours ne fait que commencer mais déjà beaucoup lui ont confié l’histoire de leur vie ou de leur métier. Il est impossible, pour des raisons de confidentialité, de vous évoquer les personnes qui défilent devant elle et qui se confient à son oreille attentive. Elles sont nombreuses. C’est un travail de longue haleine.

Anne-Sylvie m’a confié qu’elle ne pensait pas, quand elle a commencé cette aventure, qu’elle écrirait un jour un roman original, issu de son imagination. « La vie des autres est déjà si riche, ça me paraissait une évidence tout à coup de devoir la raconter. On gagne tous à apprendre à se connaître. »

Et puis, finalement, une rencontre, un hasard, une coïncidence, un concours. J’ai eu la chance de lire les premiers chapitres du roman qu’écrit Anne-Sylvie, en plus de son activité de prête-plume. Je ne vous en livrerai pas la teneur, c’est un secret. Voilà ce que je peux vous dire : sa plume est vive, fluide et légère, elle virevolte avec une extrême facilité. On lit sans se poser de questions tant tout fait sens. On est habité par les personnages, on veut connaître la suite, on ne s’ennuie pas. On vit une tranche de vie.

Et toujours, avec Anne-Sylvie, il y a les mots justes.

Et toujours, avec Anne-Sylvie, il y a les émotions.

Je dédie cet article aux rencontres justes et émotionnelles, celles qui tombent pile poil au bon moment, celles qu’on n’attendait pas mais qui entrent dans vos vies comme si elles en avaient toujours fait partie.

 

Pour découvrir Anne-Sylvie, son site, son métier et un bout de son parcours, je vous invite à aller jeter un coup d’œil à son site internet, qu’elle a fait elle-même d’ailleurs (et c’est plutôt la super classe !) : https://ecrivainbiographeparis.com/

Vous pouvez également la suivre sur Instagram : @plume_de_vies

4 réflexions sur “Rencontre avec celle qui écrit la vie : Anne-Sylvie Pinel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s