Une interview déjantée par… texto ! Avec Khemeia, autrice de romance contemporaine

Il se pourrait que Khemeia et moi ayons commencé à correspondre il y a quelques semaines. Il se pourrait qu’elle s’apprête à publier une romance contemporaine que j’ai eu la chance de lire et que j’ai absolument adoré (moi qui n’apprécie pourtant que rarement les romances). Mais il se pourrait surtout que nos deux cerveaux soient entrés en connexion et naviguent sur la même longueur d’onde. Quand on connaît l’onde de nos cerveaux, c’est vraiment bizarre. Histoire d’être bizarres jusqu’au bout, nous avons décidé de nous lancer dans une interview… par texto. Oui, oui, vous avez bien lu. Et pour être authentique, je vous livre le tout en capture d’écran (parce qu’autant faire les choses jusqu’au bout). Toutes les fautes que vous verrez passer sous vos yeux sont bien sûr des erreurs d’inattention, c’était notre première interview par texto à toutes les deux et on a encore des petites choses à peaufiner. Il se pourrait également que vous nous retrouviez pour un rendez-vous mensuel par texto, avec à chaque fois un débat sur un sujet en particulier. On fait un peu peur à lire, mais je vous promets on ne mord pas. Enfin, pas tout le temps… Je vous laisse découvrir Khemeia dans cette interview !

PS : pour ceux qui auraient les yeux qui pleurent à l’idée de lire les captures d’écran, j’ai retranscris l’interview en texte brut tout en bas (épurée des fautes que j’ai repérées (donc pas toutes) et des messages qui n’avaient pas de rapport avec l’interview), vous pouvez sauter toutes les images et aller uniquement au texte si vous préférez 🙂 Bon vous y perdez une certaine saveur brute de… hein quoi ? on me dit dans l’oreillette que je dis des bêtises ? Oui, oui, sûrement, c’est une habitude récurrente chez moi !

Pssiiiit, pour la suivre, vous pouvez aller sur Instagram : Khemeia.b

Et sinon, en avant-première, voici la couverture de son roman ainsi que le synopsis !

couv rose
Couverture du premier roman de Khéméia.b

Résumé :

Pour Rose qui est chirurgienne pédiatrique, l’altruisme est inné,

Alors que risque-t-elle en voulant aider Nolan, cet énigmatique SDF qui a élu domicile devant chez elle ?

Tout justement.

Mais elle ne le sait pas encore, son sort est scellé, les dés sont jetés, Nolan l’entrainera malgré lui dans un monde à part.

« Ici, on plonge dans le vrai, on est saisi aux tripes, on vit pour Rose et Nolan, on veut savoir la suite » Jupiter bêta-lectrice.

« Rythmée, brute et dangereuse, laissez-vous happer dans le tourbillon de cette romance singulière. » Julie bêta-lectrice

 

 

Et l’interview commence ici :

screenshot_20190302_130613_com.google.android.apps_.messaging.jpg

screenshot_20190302_130622_com.google.android.apps_.messaging.jpg
oui on avait un petit peu pété un plomb sur cette histoire d’interview par texto… désolée pour les fautes ! On fera mieux la prochaine fois 🙂 Mais c’était improvisé cette histoire de capture d’écran *rires* !
screenshot_20190302_130632_com.google.android.apps_.messaging.jpg
Toutes nos excuses pour ces blagues sur le cancer, c’est pas un truc drôle le cancer hein, on en a conscience…

screenshot_20190302_130638_com.google.android.apps_.messaging.jpgscreenshot_20190302_130644_com.google.android.apps_.messaging.jpg

screenshot_20190302_130652_com.google.android.apps_.messaging.jpgScreenshot_20190302_130702_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130709_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130715_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130722_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130726_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130743_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130750_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130756_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130803_com.google.android.apps.messagingScreenshot_20190302_130809_com.google.android.apps.messaging

Screenshot_20190302_130834_com.google.android.apps.messaging
Cette interview s’est étalée en fait de vingt heures à minuit grosso modo et comme certains d’entre vous le savent, je suis une COUCHE TÔT genre TÔT comme dans 22h30, alors minuit c’est genre méga tard pour moi. Hihihi la vilaine elle m’a tenu éveillée.

 

Interview retranscrite :

 

Jupiter : Salut Khemeia ! Moi, c’est Jupi. Khemeia c’est ton vrai nom ? Tes parents avaient hum… de l’inspiration ce jour-là ? Dit celle qui s’appelle Jupi.

Khemeia : Les parents sont de vrais farceurs et ne pensent jamais aux conséquences, alors non en fait, pour l’histoire, je cherchais un pseudo et j’ai eu le malheur de demander à une amie de se faire un texstorming pour en trouver un. Après avoir énuméré mes intérêts dans la vie, elle a retenu « l’alchimie » en tête de liste, ce qui a conduit à une recherche internet intensive (oui, c’est une névrose chez elle) et qui a conduit à khemeia qui représente l’alchimie en grec ancien.

Jupiter : L’alchimie hein… Tu comptes devenir riche en transformant des trucs en or ? 

Khemeia : Bien sûr, au même titre que celui qui arrête de raconter des conneries transforme son silence en or. Bref, oui effectivement, la créativité et par extension tout ce qui s’y rattache se trouve être de l’or. Donc les mots couchés sur papier sont une alchimie. Et je suis riche dans ma tête du coup, à défaut du portefeuille.

Jupiter : Et hum… Cette copine-là… Tu lui as dit d’aller faire soigner sa névrose ? Les recherches internet intensives, c’est mauvais pour la santé. Je suis étonnée qu’elle ne soit pas sortie de là avec un nom de cancer. Quand on cherche bien, peu importe ce qu’on cherchait, on tombe sur le cancer.

Khemeia : Bon sang, au grand jamais je ne lui dirai d’aller se faire soigner, elle est plutôt sympa et utile cette névrose et soit dit entre nous, je pense avoir la même. Vous voulez un nom ? Celui de la copine hein pas de la névrose parce que je suis incapable de mettre un nom dessus. Bon si ça dérive sur le cancer, je tiens seulement à dire qu’effectivement elle en a un… Moi, vu que je suis née en juin hahaha et je ne sais pas trop si c’est rassurant pour elle étant donné que je suis extrêmement invasive. Oh merde, j’ai mal aux abdos.

Jupiter : Olalala trop de métaphores médicales d’un seul coup ! Moi je veux pas de nom, je sais de qui il s’agit mais les lecteurs… Chers lecteurs, vous voulez un nom ? Je crois qu’ils crient quelque chose mais je n’arrive pas à comprendre. Tu entends un truc toi ?

Khemeia : Attends, j’enfile mon sonotone. Ah oui là j’entends bien… Ils crient… Ouiiii on veut un nom, on est curieux, c’est pas bien mais on s’en fout ! Donc que dois-je faire ? Hum je suis partagée entre l’éthique et mon côté chipie. Roulement de tambour… Rhaaaaaaa et le nom est… Ju… Pi… Ter. Oups mince, c’est sorti tout seul.

Jupiter : Merde. Je suis découverte. *va se planquer sous les couvertures*. Enfin c’est peut-être une autre Jupi hein… C’est un prénom vachement courant. Les parents sont souvent très hésitants à la naissance de l’enfant, de peur qu’il subisse des moqueries plus tard mais entre Sophie et Jupiter, il n’y a pas photo tu vois. Sophie, c’est hypra risqué. Les malheurs de Sophie par exemple ! Alors que Jupiter… Ah on me dit dans l’oreillette qu’il y a un film qui porte ce nom et que l’idée originale était bonne mais que le film est un… navet ? Peut-être que tu parles de cette Jupiter-là. Elle a l’air suffisamment névrosée pour faire des recherches internet intempestives sur l’alchimie. Ou pour calculer combien de poils il y a sur un ours polaire. Je t’accuse pour ça. Ok je suis découverte c’est moi ! Mais cette histoire de poils d’ours polaire c’est 100% ta faute. 

Khemeia : Chacun sa névrose et je te rappelle que tu as plongé ton nez de fouine à 1000% dans les poils du nounours. Bon sachant ta dévotion et ta passion pour les bêtes à poils (poilus hein, pas nus), ça ne m’a pas trop étonnée.

Jupiter : Je ne te remercie pas d’avoir contribué à ma névrose quand même. Et sinon, quand tu n’écris pas et ne contribues pas aux névroses des autres, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? 

Khemeia : Je suis branchée animaux. Ou alors peut-être que ce sont eux qui sont branchés Khemeia car tous les cas désespérés atterrissent fatalement devant ma porte…. Chats, chiens, rongeurs, oiseaux, hérissons, araignées (euh ouais bon là c’est vrai que je ne suis pas obligée de me les coltiner). Ensuite, je suis aussi une artiste dans l’âme. je vadrouille dans ma tête et dans la nature et tout est prétexte à exciter ma créativité. Peinture, cartonnage, meuble en bois, etc, une véritable touche-à-tout sans aucune limite. Je dévore pas mal de bouquins aussi.

Jupiter : Est-ce qu’on peut parler de ce qui t’a amené à écrire ce livre et à aller au bout ou est-ce que tu ne préfères pas ? 

Khemeia : Arfff, je peux en parler maintenant, les vieux démons sont derrière moi. Il y a beaucoup de ma vie dans ce livre autant dans les personnages que dans les situations. Ce qui m’a poussée à aller jusqu’au bout, c’est une promesse que j’ai faite à mon beau-fils qui est décédé à l’âge de 27 ans. Je me suis jurée dès lors d’aller au bout de ma passion alors qu’il n’a pas pu le faire et ne pourra plus. Ce livre est un exutoire en somme et j’ai fini la dernière page la date de son enterrement, comme un symbole.

Jupiter : C’est un bel hommage. Merci pour ce partage. Si tu pouvais te décrire en 3 mots, lesquels utiliserais-tu ? 

Khemeia : Indomptable, incorruptible, sauvage. Et on ne rigole pas, c’est très dur à assumer.

Jupiter : Je rigole mais parce que tu aurais pu trouver un troisième adjectif qui commençait par un i quand même, ça aurait fait trois i, c’était la classe.

Khemeia : J’ai vraiment manqué de jugeote mais j’allais quand même pas mettre ivrogne !

Jupiter : Bah non, surtout que tu ne l’es pas, tsss. Insociable ? 

Khemeia : Pas du tout. Je saurais très bien m’adapter dans une meute de loups.

Jupiter : Et tu n’as pas encore adopté de loups d’ailleurs ? J’ai cru comprendre que tu avais pourtant l’équivalent d’un zoo chez toi.

Khemeia : Eh bien, c’est juste un problème géographique. Je ne vis pas dans la bonne région. Ici, je pourrais tout juste adopter un renard. Et oui, effectivement, ça ressemble fortement à une succursale d’animalerie chez moi. Je pense faire visiter moyennant finance un de ces quatre.

Jupiter : Il y a combien d’animaux chez toi ? 

Khemeia : Euh… 3 chiens dont 2 St Bernard, 7 chats, 4 octodons cousins du chinchilla, 2 carpes dans le bassin extérieur, à peu près une centaine d’araignées que j’abrite pour l’hiver… hahaha

Jupiter : Faut pas être allergique aux poils d’animaux quand on vient chez toi ! Est-ce que tu écris depuis toujours ? 

Khemeia : J’écris depuis le collège. Au début, c’était pour évacuer tout ce que j’avais sur le coeur, car étant une solitaire dans l’âme, il fallait bien que je papote avec quelqu’un. Et puis ensuite, je me suis rendue compte que ça me permettait de trier le flot de pensées incessantes qui envahissaient mon crâne. C’était apaisant. L’idée d’écrire un roman m’est venue tard sans doute à cause d’un gros manque de confiance en moi. Puis je m’y suis mise et alors la révélation s’est faite d’elle-même, une véritable addiction haha. Au lieu d’utiliser mes mains pour façonner et créer, j’utilisais les mots, créant des personnages fictifs en leur donnant la personnalité que je voulais. Aucun frein à l’imagination, une liberté totale.

Jupiter : Quelle est ton ambition avec ce premier roman ? 

Khemeia : Euh… Qu’il ne finisse pas en cale-porte hahaha ! J’ai envie que les personnes qui le liront ressentent les émotions que j’y ai instillées. On écrit à son image, avec ses tripes alors je ne sais pas si ce sera bien traduit en mots. Mon maître mot serait… vibration. J’ai envie de faire vibrer le lecteur. Sur le coup, je viens de me rendre compte que c’est vraiment très ambitieux hahaha !

Jupiter : Tu sais y en a qui sont plus inventifs que le cale-porte, y a le cale-table, le cale-lit quand t’as pété le pied central (comment ça je parle d’expérience ?), ça peut aussi servir de nourriture pour chien (si si, un de mes chiens a mangé beaucoup de livres et ce n’est pas une blague), ça sert aussi d’oreiller quand tu t’endors dessus ou de récupérateur de bave. Non vraiment au final, cale-porte, c’est vraiment mal utiliser les compétences d’un livre. 

Eh bien moi j’ai vibré en lisant ton livre ! Alors il y en aura sûrement d’autres qui vibreront aussi ! Est-ce qu’il y aura une suite ? 

Khemeia : Hahaha, oui y a plein de cale machin chose en effet. Merci d’avoir vibré, j’espère que ça ne t’a pas trop décoiffé, les vibrations peuvent être implacables pour les mises en pli. Et oui, il y aura une suite, c’est un premier tome, le second est en cours d’écriture. Vu que je n’aime pas attendre les suites en tant que lectrice, je vais m’activer pour ne pas faire attendre ceux qui auront lu le premier tome.

Jupiter : J’ai les cheveux tellement courts tu sais, que je crois que la mise en pli elle se fait toute seule avec l’oreiller la nuit. Même l’oreiller n’est pas utile en fait. Est-ce que tu sais combien il y aura de tomes ? 

Khemeia : Quelle chance de ne pas être sujette au nid de pie le matin. Haha. Il y aura 2 tomes sur celui-là mais j’ai 2 autres projets en cours.

Jupiter : Hâte de voir ce que les deux autres vont donner ! Ce sera aussi de la romance contemporaine ? 

Khemeia : Oui, ça restera de la romance mais ce sont des histoires complètements différentes, j’aime varier les thèmes. La seule chose qui sera récurrente ce sont les personnages forts en caractère parce que je ne peux pas m’en empêcher. J’aime quand ça rue dans les brancards.

Jupiter : Est-ce que tu vas envoyer ton roman en maison d’édition ou est-ce que tu t’auto-publies ? 

Khemeia : Etant donné que je n’aime pas vraiment les contraintes, je vais m’auto-publier. Maintenant, si l’occasion se présente, je ne resterai pas fermée à la discussion. Bon deuxième point, j’ai sacrément la trouille des retombées. Alors j’attends fébrile les premiers commentaires en me rongeant les ongles. En principe, il sortira courant mars.

Jupiter : Oh oh oh oh ! C’est pour bientôt ! Et évidemment tu vas conquérir le monde avec, n’est-ce pas ? Bon déjà conquérir la France ok, mais le monde on est d’accord ? 

Khemeia : A défaut du monde, je préfère conquérir des coeurs. Parce que ça sert à ça les romans, s’évader et vagabonder avec tout un tas d’émotions à la clé. N’en déplaisent aux puristes qui se focalisent avant tout sur l’art de construire une phrase.

Jupiter : Pas de conquête spatiale non plus alors ? 

Khemeia : J’ai déjà fait un tour sur Jupiter et vu les délires déjantés que je me suis tapée, je pense qu’en rajouter serait un brin trop excessif. Mais harnachée dans ma petite fusée synaptique je serais quand même capable de repartir à l’aventure. Maso un jour maso toujours.

Jupiter : Est-ce que tu sais comment tu vas faire la promotion de ton livre ?

Khemeia : Hum pub Facebook et Instagram, ça c’est sûr. Peut-être contacter certaines blogueuses si elles veulent bien me donner une chance, bien que je ne sache pas si ça se fait. Je l’envisage comme ça dans un premier temps. J’y réfléchis encore.

Jupiter : Est-ce qu’il y a un conseil que tu aimerais donner aux auteurs qui veulent se lancer ?

Khemeia : Oui, je leur dirais : il faut oser car le sentiment d’accomplissement quand on accède à son rêve n’a pas de prix. C’est euphorisant et absolument géantissime. Et aussi qu’ils partagent leur rêve avec leurs homologues, eux seuls peuvent les comprendre, les encourager et les conseiller.

Jupiter : Est-ce que tu voudrais ajouter quelque chose ? 

Khemeia : Ben je vais ajouter un point parce qu’il faut bien en mettre un, surtout que Jupiter adore jouer en nocturne hahaha. Un vrai tempo de patachon ! Trêve de plaisanteries, je tiens à dire que l’esprit littéraire est un monde à part, très contrasté, indépendant et plein de surprise, d’aventure. Un état d’esprit à part entière, une véritable bouffée d’oxygène. Aux lecteurs, je dis : continuez à bouffer des pages, c’est bon pour le moral. Aux auteurs : continuez d’adoucir le monde et plongez sans hésiter pour les timides.

Jupiter : Oh c’est beau ! 

Khemeia : Merciiiiiiii

 

Merci à Khemeia pour son temps, ses synapses aux connexions improbables et ses réponses, toujours dans l’humour et un brin de dérision 🙂