Bilan des ventes de mars

Comme il est de coutume, une fois par mois, quand les derniers chiffres KDP tombent, je vous fais le bilan de mes ventes. En mars, j’avais 5 romans publiés + la sortie d’un sixième le 19 mars. Qu’est-ce que ça donne niveau chiffres ?

Rappel : je suis auto-éditée à travers la plateforme Kindle Direct Publishing (KDP), je suis exclusive Amazon, mes revenus ne proviennent que de cette plateforme. On les retrouve sous 3 formes :

  • les ventes ebooks : montant fixe gagné : 3,92€ par livre vendu)
  • les ventes d’exemplaires papier : montant variable en fonction du titre vendu puisqu’ils ne coûtent pas tous la même chose à imprimer, on est entre 2 et 4 euros par exemplaire vendu
  • les pages lues dans l’abonnement : certaines personnes possèdent un abonnement Kindle, une part du montant qu’ils paient pour cet abonnement va directement dans le fonds mondial KDP Select, ce fonds mondial est intégralement reversé aux auteurs chaque mois. En ce moment il est de 21 300 000 euros. On touche un pourcentage de ce montant en fonction du pourcentage de pages lues de nos livres sur le nombre total de pages lues dans le mois. Grosso modo, le revenu à la page est d’environ 0,0042€ à 0,0044€ selon le mois

 

graphiques détaillés mars.PNG
Courbes des ebooks et livres papiers vendus et des pages lues dans l’abonnement pour le mois de mars 2019

Les ventes commencent à se stabiliser, en tous cas les courbes font beaucoup moins le yoyo :

  • en mars, je ne suis pas descendue une seule fois sous les 20 000 pages lues dans l’abonnement Kindle et je suis même descendue une unique fois sous les 25 000 pages lues. Pour vous donner un point de comparaison, 25 000 pages lues c’est comme si 50 personnes avaient intégralement lu un de mes livres ce jour-là (selon les normes KDP mes livres font environ 500 pages) et ça représente 107,50€ de revenu (si je prends la page à 0,0043€). Donc c’est déjà génial, rien que les revenus de l’abonnement. Après effectivement, si j’avais vendu 50 ebooks au lieu qu’ils soient lus, j’aurais gagné 196€ (puisque je touche 3,92€ pour un ebook vendu et environ 2,15€ pour le même livre, mais lu dans l’abonnement). Mais rien ne me dit que je les aurais vendus, les gens qui disposent de l’abonnement sont plus à même d’aller emprunter un livre dont ils ne sont pas certains qu’il va leur plaire par exemple, parce qu’ils ne paient rien de plus à le « tester ». En revanche, ce n’est pas dit qu’ils l’auraient acheté s’il n’avait pas été dispo dans l’abonnement
  • en termes de nombre d’exemplaires vendus, à ma journée la plus « basse », j’ai vendu 26 livres (ebooks et papier confondus), idem c’est un revenu très confortable (à mes yeux bien sûr), on parle de 100€ environ
  • ce qui fait que la journée la plus basse était une journée à 207,50€… Génial, non ?
  • la journée la plus importante en termes de revenus alliait : 47 067 pages lues, 61 ebooks vendus et 3 livres papier vendus soit un revenu d’environ 450 euros

On voit que les ventes suivent le cycle de sortie d’un livre : je publie généralement mon livre vers le 20 du mois, les ventes grimpent jusqu’au début du mois suivant, on voit qu’à partir du 4 mars elles commencent à retomber un peu, c’est plus facile à voir sur le nombre de pages lues que sur le nombre de ventes. A noter que les deux (ventes et nombre de pages lues) sont est très soumis aux différents jours de la semaine, les pics de ventes et de lecture ont généralement lieu le dimanche par exemple, ici le 3 mars était un dimanche, le 10 mars était un dimanche, le 17 mars était un dimanche et on voit à chaque fois que c’est la colonne la plus haute de la semaine en termes de vente, ensuite après le 17 mars ça remonte du fait de la sortie d’un nouveau roman. C’est assez facile à expliquer : le dimanche est un jour de repos, plus propice à la lecture.

exemplaires papier vendus par titre
Nombre de ventes papier par titre pour le mois de mars 2019
pages lues par titre
Nombre de ventes ebooks et de pages lues dans l’abonnement Kindle par titre pour le mois de mars 2019

Comme toujours, le livre papier est à la traîne dans mon cas, Amazon est une plateforme en ligne, il est donc logique que l’ebook soit privilégié.

  • Ventes papier : 108 exemplaires
  • Ventes ebooks : 1 157 exemplaires
  • Nombre de pages lues : 1 041 806 pages lues (le million est franchi !)

En mars, c’est la sortie qui datait du 20 février, de La reine des elfes qui a devancé tous les autres titres, ce qui est bien normal, la nouveauté fait toujours plus vendre. Cette sortie a permis de remettre en avant le tome 1 de cette série, puisque La reine des elfes est le tome 2 de la série Akalie O’Lys. Le tome 1, La clef des portails, a la deuxième place en termes de vente et est beaucoup remonté au classement.

Puisqu’on parle de classement…

Une petite capture d’écran qui date du 1er mars :

classement avant sortie bataille
Classement des ventes pour la catégorie ebooks fantastiques pour adolescents (classement 1er mars)

 

Et une autre capture pour après la sortie de La Bataille de New York :

doux-marie-jesus-christ.png
Classement des ventes pour la catégorie ebooks fantastiques pour adolescents (classement au 20 mars)

C’est assez fou de voir ça en ouvrant Amazon je vous avoue, fou dans le sens génial bien sûr :). J’ai toujours très envie de passer mon temps dans cet article à remercier chaque lecteur, chaque contributeur, chaque auteur mais je vous saoulerai rapidement si je faisais ça ! (mais merci merci merci merci !!)

Passons maintenant à ce qui vous intéresse le plus (si, si, je ne suis pas dupe), les revenus !

revenus mars
Tableau récapitulatif des revenus pour le mois de mars 2019

Je vous épargne comme toujours les virgules et les conversions, certains montants étant en dollars américains ou canadiens, ou encore en livre sterling, on arrive à un total de 9 157 euros brut. Brut, parce qu’il faut retirer les 22% de cotisations sociales que je paie en tant que micro-entrepreneur soit 2 014,54€, il reste 7 142,46€, auxquels il faudra encore retirer l’impôt sur le revenu (que j’ai estimé pour cette année entre 1 000 et 1 500 euros par mois, j’ai dû faire moi-même des simulations comme je n’ai pas de chiffres antérieurs sur lesquels m’appuyer et que les impôts non plus), grosso modo il reste un peu moins de 6 000 euros. Autant vous dire que pour moi, qui espérait gagner 1 500€ net par mois, je suis absolument ravie, je ressens beaucoup de gratitude, ça me permet de lancer de nouveaux projets (comme la traduction, l’enregistrement audio) et bien sûr de vivre sans regarder mon compte en banque tous les jours ce qui quand même un confort incroyable. Ça me permet également tout bêtement de continuer à écrire et de prendre du temps pour répondre aux questions des auteurs, les aider, les aiguiller quand je peux.

Je rappelle que je n’expose pas mes revenus en vue de frimer, de vous dire « oh regardez tout ce que je gagne » mais simplement pour vous montrer que c’est faisable, pour vous expliquer comment ça marche, pour suivre les courbes de ventes de livres pendant plusieurs mois. J’ai hâte de « fêter » les 12 mois de publication pour le tome 1 de Ryvenn par exemple, pour vous montrer les hauts et les bas des ventes, qu’est-ce qui peut les relancer, etc. On entend beaucoup parler des auto-édités qui ne gagnent pas leur vie, et c’est vrai il y en a plein et on a l’impression qu’il n’y a qu’eux d’ailleurs. C’est pour ça que je vous montre mes chiffres, c’est pour vous dire qu’il y en d’autres qui s’en sortent. Le truc, c’est que ceux qui s’en sortent ne montrent pas forcément leurs chiffres (ce qui est absolument normal, personne n’a envie d’étaler ses revenus ou de s’en faire une obligation) alors on a l’impression qu’il n’y a que des exceptions. Mais je ne suis pas la seule, loin de là. Il y autant de gens qui s’en sortent qu’il y a de numéro 1 des ventes Amazon en fait :). Après ça dépend évidemment de ce que vous attendez de vos ventes : est-ce que vous cherchez à y gagner de l’argent ? Si oui, combien ? Sur quelle durée ? Est-ce que vous voulez faire ça à plein temps ? De combien vous avez besoin ? Il y a des objectifs à se fixer et des réalités à prendre en compte. Par exemple, les catégories romance contemporaine ou thriller d’Amazon sont les catégories qui vendent le mieux, ce sont les catégories les plus représentées dans le top 100 des ventes Amazon. Mais du coup, ce sont aussi celles où il y a le plus de concurrence. Donc si vous publiez dans ces catégories et que vous grimpez dans le classement c’est absolument génial car vous allez y rester longtemps. En revanche si vous n’y arrivez pas, vous resterez dans le fond du classement et ne serez que très peu visible. La seule visibilité que vous obtiendrez c’est celle que vous créerez vous-même. Malheureusement, c’est la visibilité qui augmente les ventes. Je vous avoue que je n’avais pas réfléchi à tout ça en publiant, ma première publication je l’ai faite sans même lire un seul article de blog sur comment il fallait faire (et apparemment après avoir lu ces articles, j’ai vu que j’avais tout fait à l’envers *rires* comme quoi il n’y a pas vraiment de règles à appliquer).

Enfin, je voudrais rappeler que malgré tous ces chiffres et cet aspect ventes, l’important c’est vraiment de vous faire plaisir en écrivant et c’est d’être heureux au quotidien dans votre vie. Si écrire vous fait plaisir, ça se sentira dans votre écriture. Ce n’est pas tout de réussir à vendre, il faut aussi fidéliser son lectorat, obtenir de bons commentaires. Et ça, ça s’obtient en écrivant quelque chose qui plaît, en étant sincère dans sa démarche et en faisant de son mieux au quotidien. Enfin, ce n’est que mon avis (comme toujours).