Y a-t-il 35 heures dans mes journées ?

Our time is runniiiiiing ouuuuuut Our time is runniiiiiiing ouuuuuuuut *chante à tue-tête*

J’avais envie de traiter cette question récurrente qui revient dans les emails que vous m’écrivez (merci de m’écrire, ça me fait très plaisir !). Après vous avoir ouvertement avoué que je n’étais pas Terminator (je sais que certains n’y croient pas, vous pensez que je bluffe), voilà que je vous dis à nouveau la vérité choquante, ultra choquante : je ne détiens pas le sablier d’Hermione, le retourneur de temps qui permet de revenir un certain nombre d’heures en arrière en fonction du nombre de fois où on le tourne.

Non, je ne l’ai pas.

Enfin si, techniquement je viens d’en acheter vingt en collier pour pouvoir les offrir aux chroniqueurs dans des kits de survie. Mais c’est une histoire qui n’a RIEN à voir, ok ? Et non, tourner en même temps vingt colliers retourneurs de temps pour revenir vingt heures en arrière NE FONCTIONNE PAS. Je n’ai pas testé parce que je n’utilise pas le collier retourneur de temps comme je le disais au-dessus (j’ai carrément testé) mais c’est écrit dans les règles du collier retourneur de temps : multiplier le nombre d’exemplaires ne permet pas de remonter plus loin dans le passé. Il suffit d’un seul exemplaire. Et pas des 4500 disponibles sur Ali Express.

Ce point étant écarté et mon innocence prouvée, passons à mes explications.

Si les gens me demandent si mes journées font 35h c’est parce que j’écris un roman par mois (challenge du moment), je fais actuellement traduire Akalie en trois langues (on pourrait croire que ça ne demande pas d’efforts parce que je ne traduis pas maiiiiiis il faut quand même gérer plusieurs aspects), je reçois entre 20 et 25 emails par jour d’auteurs ou de lecteurs (ce qui me fait très plaisir évidemment), j’ai de la paperasse administrative à gérer, parfois j’écris des articles de blog (je sais, quelle idée !), je fais des recherches pour les couvertures de mes romans, et TRUC DE FOU, j’ai aussi une vie en dehors de tout ça. Je marche 20 kilomètres par jour environ, notamment pour balader mes chiens, je fais du sport (yoga, sport avec le poids du corps), je prépare un déménagement, je lis les manuscrits d’autres auteurs pour pouvoir leur faire des retours (ce qui me fait très plaisir aussi) et je réponds aux appels téléphoniques de mon banquier qui ne comprend pas que je ne suis plus à découvert sur mon compte en banque et qui veut profiter de cette opportunité pour atteindre ses objectifs sur je ne sais quel contrat sombre et obscur auquel il voudrait que je souscrive. Ah sinon j’ai des rendez-vous avec des experts-comptables, je dois ouvrir une EURL, préparer les missions pour mon assistante fraîchement recrutée à temps partiel en freelance (même si je meurs d’envie qu’elle devienne assistante à temps plein puis DG de la boîte mais c’est une autre histoire, je vais la travailler au corps jusqu’à ce qu’elle dise oui héhéhé), m’occuper des envois aux chroniqueurs, animer les réseaux sociaux, travailler à l’élaboration des kits de survie pour les chroniqueurs (un projet qui me tient à coeur, sur une idée originale de Khéméia.B.) et par-dessus tout, gérer l’exaspération de ma meilleure amie quand elle lit les remerciements de mes bouquins (cette phrase est 100% mensongère, elle ne me fait jamais de remarques alors que je sais qu’elle est gênée puissance 1000).

Et je n’ai que 24h dans ma journée.

Dingue, hein ?

Et là, je vous parle seulement de ce que je fais vraiment. Parce qu’avec tout ça, j’ai des projets dans tous les sens : il faut que j’écrive à Amazon pour accélérer le jour où les auto-édités pourront s’auto-publier aussi en audiobook en France (possible aux Etats-Unis mais pas en France, non pas que je pense que ma voix changera quoi que ce soit mais j’aimerais bien comprendre pourquoi), j’aimerais refaire le feed de ma page Instagram, créer un logo, uniformiser ma communication et ma charte graphique, j’aimerais diffuser des messages positifs à tous les gens que je peux toucher (je réfléchis encore à un moyen de le faire), aider plus d’auteurs, ou les aider d’une meilleure manière (j’ai un projet de mécénat à ce sujet), j’aimerais qu’on entende la voix des auto-édités, qu’on comprenne leurs problématiques.

Et j’aimerais aussi avoir un corps de déesse grecques (mais bon j’ai un plan pour ça *rires* je vous ferai une photo avant / après avec 2019 / 2020). J’aime mon corps mais j’aimerais que mon corps devienne limite une arme (je suis un peu extrémiste, mais notez que c’est l’influence de Mazekeen (personnage de la série Lucifer), cette nana a terriblement déteint sur moi). Donc je me mets aux arts martiaux après mon déménagement cet été. Et comme vous le savez, je ne fais jamais les choses à moitié donc hum… ce sera 6h d’arts martiaux par semaine au minimum hein. Sans compter tout ce que je compte faire à côté comme sport.

Maintenant que cette immense parenthèse est finie, reprenons : je n’ai que 24h dans ma journée. Et une question qui revient dans vos emails est la suivante : « comment est-ce que tu fais pour tout faire dans ta journée ? »

Ah.

C’est l’instant révélation.

Je ne fais pas tout.

*cris d’hystérie des lecteurs*

Non, en vrai, j’en fais beaucoup je pense, mais ça m’arrive d’être en retard. Genre très en retard, en retard comme j’ai-524-emails-non-traités-dans-ma-boite-email, en retard comme ça-fait-dix-jours-que-j’aurais-dû-rendre-mon-manuscrit, en retard comme j’ai-un-email-non-répondu-qui-date-du-22-mars (pardon à l’autrice de cet email, pardon, pardon, pardon). Et devinez quoi ? C’est OK. On ne peut pas être parfait tous les jours, être dans les temps pour absolument tout, parce qu’il faut réagir en fonction de ses priorités. Ma priorité c’est d’écrire PUIS de m’occuper de répondre aux lecteurs / aux auteurs qui m’écrivent. J’adore leur répondre, j’adore leur écrire, j’adore découvrir de nouvelles personnes et vraiment n’hésitez pas à me contacter. Mais ce n’est pas ma priorité numéro 1 de répondre à ces messages parce que si ça devient ma priorité numéro 1, ça veut dire que j’écris moins, que je privilégie les réponses aux emails et ce n’est pas ce que je veux dans ma vie.

En revanche, je regarde rarement plus d’un épisode d’une série par jour (à vrai dire même un demi c’est beaucoup), je lis moins qu’avant (ma moyenne de lecture va en prendre un coup hihihi), je travaille sept jours sur sept depuis le 1er juillet 2018 (bien que ça ne me paraisse pas du travail), ce qui ne m’empêche pas pour autant de partir en randonnée toute la journée de temps en temps si j’en ai envie, je ne passe pas ma vie sur mon smartphone ou sur les réseaux sociaux (et peut-être que c’est un tort, peut-être qu’il faut que je passe plus de temps sur les réseaux à interagir, je fais faire une formation à ce sujet dans l’été), je reste rarement allongée dans mon canapé ou mon lit à regarder le plafond parce que si je veux méditer ou réfléchir sur un sujet spécifique, je vais balader les chiens (rien de tel que la forêt pour vous aider à éclaircir vos pensées).

Bon, tout ça donne l’impression que je n’ai pas beaucoup de distractions *rires*. J’en ai plein, mais je me les accorde à petites doses, en récompense d’une bonne journée, ou parce que c’est programmé, décidé, acté. Je ne vais pas me laisser emporter sur le canapé à regarder mon smartphone pour un point spécifique et finalement me retrouver à ouvrir tous les applications de réseaux sociaux, puis à passer sur Youtube voir les dernières vidéos tendances… NOPE.

Alors peut-être que ce n’était pas l’image que vous aviez de ma vie 🙂 Peut-être que vous vous disiez que je prends du bon temps toute la journée. Eh bien oui, vous avez raison : franchement écrire c’est du bon temps pour moi, autant que de promener mes chiens, autant que de répondre aux emails des auteurs/lecteurs. Mais je pourrais remplir les 24h de la journée avec du « travail » sans aucun souci, je pourrais me priver de sommeil pendant une semaine que je n’accomplirais pas tout ce que je veux accomplir.

C’est pour ça que je fais en fonction de mes priorités, c’est pour ça que parfois je laisse ma boite email mourir à petits feux, ensevelie sous le nombre de messages, parce que je préfère finir d’écrire mon roman en cours. Je n’ai que 24h dans ma journée, comme vous. En revanche, je connais très bien mes priorités, je sais ce qui doit avancer en premier, je sais aussi quoi déléguer et comment le déléguer. Je ne vous parle pas encore de délégation parce que c’est quelque chose que j’ai mis en place récemment et j’aimerais un peu plus d’expérience sur le sujet pour vous expliquer comment je fonctionne avec mon assistante. Mais je crois sincèrement que tout ce que d’autres peuvent faire pour vous, vous devriez le déléguer pour vous dégager du temps pour vos priorités et uniquement pour vos priorités. Elles peuvent d’ordre professionnel ou personnel : passer du temps avec mes chiens fait partie de mes priorités quotidiennes :).

Alors pour revenir à la question de base : il y a bel et bien 24h dans ma journée, je n’utilise pas de retourneur de temps, je suis juste passionnée et un peu workaholic (un peu beaucoup certeeeeeeees, ne jouez pas sur les mots). Je n’aime pas « bâcler » quoi que ce soit, donc je préfère avoir du retard (je n’aime pas le retard non plus mais c’est bien pire à mes yeux de bâcler que d’être en retard et puis je ne suis en retard que par rapport aux propres deadlines que je me fixe, donc est-ce vraiment du retard ?) que de bâcler. J’aime que les choses soient bien faites (pas à la perfection non plus car ATTENTION DEUXIEME REVELATION : la perfection n’existe pas. Je sais, je sais. CHOQUANT !).

On n’a que 24h dans une journée. C’est vrai pour tout le monde. A vous d’en tirer le meilleur parti pour atteindre votre idéal de vie :).