Par Challenges et défis

Objectifs 2020

2020 est quasiment là (la rétrospective 2019 est ici) et forcément, je me suis blindée d’objectifs un peu fous pour cette nouvelle année. Parce que sans challenge, la vérité, c’est que je m’ennuie (eh oui). Et je déteste m’ennuyer, soyons clairs. Une Jupi qui s’ennuie, c’est un début d’apocalypse. Je deviens dépressive, chiante, j’exaspère tout mon entourage jusqu’à trouver un truc à faire. Et le pire ? Il faut que ce truc ait du sens (pour moi, hein), qu’il signifie quelque chose, qu’il me fasse avancer sur un long chemin semé d’embûches.

Yeap, je vis ma vie comme un récit d’aventures. Je sais, je suis folle. J’ai déjà consulté à ce sujet, on n’y peut rien, ce sera comme ça toute la vie. Il faut juste l’accepter : je suis tarée. Voilà, maintenant que ce point est écarté, on peut se concentrer sur les objectifs de l’année 2020, que j’ai répartis en plusieurs catégories : publication, communication, démarche sociétale, perso. Je ne fais pas beaucoup la différence entre le pro et le perso, je ne la fais pour ainsi dire quasiment jamais. Néanmoins, j’ai mis une catégorie personnelle un peu à part, mais j’estime que c’est une vision globale, qui réunit le pro et le perso, qu’on ne devrait pas faire la différence entre les deux. Dans mes objectifs personnels, par exemple, je vais faire plus de sport en 2020 (peut-être pas plus, mais disons du sport mieux pensé et mieux dirigé), si je ne suis pas capable de me dégager du temps pour le faire, je ne peux pas accomplir cet objectif. Or, comment se dégager du temps ? En ayant une vue globale pro/perso inclus.

EN TERMES DE PUBLICATION

J’ai pour but de m’intéresser beaucoup aux marchés étrangers en 2020, tout en continuant bien sûr à publier sur le marché français. Mon idée est vraiment d’aller tâter le terrain sur les marchés allemands et anglophones. En détails, ça donne ça :

  • Publier 16 romans en 2020 sur le marché francophone sous le nom Jupiter Phaeton (planning déjà partagé sur les réseaux sociaux), je vais notamment m’essayer au feel-good (oui je viens d’écrire ce que je pensais être une romance contemporaine, mais il faut constater ce qu’il en est : ce n’est pas une romance, c’est un feel-good)
  • Publier la trilogie Akalie sur le marché allemand (en cours de traduction actuellement), j’attends que les trois tomes soient traduits pour faire une publication de type : semaine 1 tome 1, semaine 3 tome 2, semaine 6 tome 3
  • Publier la trilogie Faith Ezreal sur le marché anglophone (UK/USA) (sur le même modèle que décrit pour le modèle allemand)
  • Publier la trilogie Faith Ezreal sur le marché indien (1,33 milliards d’habitants pour rappel, même si l’ebook n’est pas encore très bien représenté, on parle d’un marché acheteurs ebooks de 77 millions d’habitants déjà, soit plus que la population totale de la France, à noter que la langue utilisée pour lire est généralement l’anglais, donc il n’y a pas beaucoup d’efforts supplémentaires à faire une fois qu’on est sur le marché anglophone, pour aller publier sur le marché indien, par ailleurs le coût d’acquisition d’un follower indien sur Facebook est de moins d’un centime, contre 9 à 12 centimes pour un follower américain… Je vous reparlerai en détails de pourquoi je veux aller sur le marché indien, c’est une vision globale également qui entre en compte)
  • Publier 3 à 6 romans d’autres auteurs avec lesquels Panda Jones signera un contrat d’édition, je pense lancer un appel à manuscrits à la mi-année, quand j’aurai fini de faire mes erreurs sur mes propres romans
  • S’intégrer au circuit des librairies en France, soit sur commande, soit à travers un diffuseur (pas besoin sur le marché USA, c’est automatique avec Amazon)

EN TERMES DE DÉMARCHE SOCIÉTALE

Il y a un sujet qui me tient particulièrement à cœur dans la vie : c’est de vivre ses rêves. Je sais, ça fait gnangnan, cucul-la-praline, tout ce que vous voulez. Mais c’est une démarche sincère. Quand je rencontre quelqu’un, je lui demande souvent : c’est quoi ton rêve ? Souvent, il n’a pas la réponse. Alors on réfléchit ensemble, on cherche, on creuse, on finit par trouver quand mon interlocuteur a un petit sourire béat sur les lèvres au moment de m’annoncer son rêve. Ce sont souvent des choses très réalisables, mais ils ont choisi une autre voie et se sont persuadés que ce n’est plus possible de revenir à ce rêve aujourd’hui. Ils voient tous les obstacles pour atteindre ce rêve, ils ne voient pas le chemin pour y parvenir.

Je crois au fait qu’on peut réaliser ses rêves. J’ai beaucoup d’exemples autour de moi, je pourrais parler de mon expérience personnelle, je pourrais aussi vous parler d’une amie qui était comptable et qui rêvait de devenir libraire et qui l’est maintenant. Je pourrais vous parler de la personne qui rêvait de faire le tour du monde et qui décollera à mi-janvier pour sa première destination dans un périple d’une année. Je crois qu’il faut une bonne dose de courage et de persévérance pour vivre ses rêves. Je crois que le jugement des autres et de la société d’une manière générale, nous paralyse beaucoup. Si on s’écoutait et qu’on oubliait tout ce que les autres risquent de nous dire, il y aurait beaucoup plus de gens qui vivent leurs rêves. C’est comme si les mœurs et le jugement des gens nous enchaînaient à une vision établie de ce que nous devons être (salarié, marié, avoir deux enfants, choisissez votre vision normée…) et qu’à chaque pas que nous faisons en dehors de ce chemin tout tracé, nous nous frottons au jugement des autres car nous ne sommes pas dans la norme. Et le jugement, ça fait mal, ça fait peur.

C’est avec cette idée en tête que j’ai commencé à accompagner des auteurs en 2019 sur le chemin de l’auto-édition, pour les aider à vivre leur rêve d’être écrivain à temps plein, d’être publié, de gagner leur vie avec leur plume… il y autant de rêves différents qu’il y a de personnes. En m’investissant auprès des auteurs et en m’auto-publiant moi-même, j’ai découvert beaucoup de choses sur le monde du livre. J’ai l’impression qu’il stagne dans le siècle précédent grosso modo. Je ne vais pas vous faire une dissertation ici sur ce que j’en pense, ça prendrait huit pages tellement je suis remontée sur le sujet.

J’ai donc décidé de consacrer une grande partie de mon temps cette année à faire avancer le sujet de l’auto-édition en France, pour que les mœurs changent à ce sujet et qu’on entre pour de vrai dans le 21ème siècle. Je commence donc cette affaire de poursuivre ses rêves par le domaine du livre et de l’écriture au 2020 également. Voilà ce que ça donne :

  • Rédaction d’un ebook gratuit sur l’auto-édition
  • Mise en place d’une newsletter (toujours gratuite évidemment) pour les abonnés à mon blog
  • Création d’une formation en ligne gratuite sur l’auto-édition
  • Création d’une chaîne Youtube avec des vidéos de courte durée sur l’auto-édition et le développement personnel
  • Contact avec des journalistes du monde littéraire pour faire avancer les mœurs sur le sujet de l’auto-édition
  • Animation d’une conférence TED sur le sujet « accomplir ses rêves »
  • Mars 2021, salon du livre : participer à une table ronde ou une conférence sur le sujet de l’avenir du livre

Tout le matériel que je mettrai à disposition (ebook, formation en ligne, vidéos Youtube…) sera gratuit, de la même manière que les accompagnements que je fais pour quelques auteurs, sont à titre bénévole. Je ne crois pas avoir tout compris aux rouages du livre, mais si l’expérience que je peux partager et les quelques astuces que je donnerai dans ces différents supports peut aider certains, c’est tout ce qui compte.

EN TERMES D’ANIMATION / COMMUNICATION

  • Lancement de campagnes publicitaires Facebook/Instagram, non pas pour que les gens achètent mes livres, mais pour commencer à comprendre le fonctionnement de la publicité, la manière d’acquérir un follower, tout ça avant le lancement sur les marchés anglophones, où la publicité sera importante pour se démarquer. L’idée est d’obtenir des followers, pas de leur demander d’acheter mon livre. Je vous en parlerai en détails dans un article. Peut-être même qu’il faudra écrire un livre à ce sujet vu tout ce qu’il y a à dire sur la publicité et les moyens de promotion.
  • ça va de paire : travailler l’aspect visuel de mes communications sur Instagram, stories sur Instagram, campagnes de publicité… autant pour Jupiter Phaeton que pour Panda Jones (la maison d’éditions… admirez les initiales inversées… JP et PJ). C’est quelque chose que j’ai commencé à mettre en oeuvre, mais qui peut être beaucoup plus poussé.
  • Rencontre avec des lecteurs dans une ville différente tous les mois (janvier : lyon, février : strasbourg, mars : paris, avril : lille, mai : toulouse…)
  • Proposer des goodies liés à la marque (bougies en cours de création, mais des funko-pop sont à l’étude, ainsi que des pochettes pour livres, des t-shirts…)
  • je vais poursuivre les lives Instagram
  • Création d’une box plus poussée pour ma prochaine série de fantasy à paraître cette année (à partir de juin). L’idée est de personnaliser cette box bien plus que les précédentes.

EN TERMES PERSONNELS

Ce sont des choses que j’applique déjà parfois, que j’ai envie de poursuivre ou de nouvelles choses :). Comme indiqué plus haut, je crois en une vision globale, pas en une séparation de la vie personnelle et de la vie professionnelle. Néanmoins, pour plus de clarté, j’ai fait l’effort de mettre ici ce qui se rattache le plus à ma vie personnelle.

  • Ecrire tous les jours (oui je considère ça comme personnel)
  • Prendre du temps tous les jours pour balader mes chiens (évidemment, je le fais déjà)
  • Coaching sportif 4 à 5h par semaine (je suis l’élève, je ne coache personne, mais bon on peut se dire que mon coach sportif va souffrir quand même (de mon caractère évidemment))
  • Maîtriser 50 morceaux sur le piano (oui je me suis mise au piano comme une débile, évidemment je sais pas faire les choses à moitié donc j’ai une tendinite parce que j’ai trop joué)
  • Commencer les démarches pour déménager aux Etats-Unis (j’aimerais y être pour septembre 2021, mais selon les élections, selon comment se déroule 2020, ça peut être repoussé)

Je vous parle d’objectifs avec la vision que j’ai à l’instant T, ça ne veut pas dire qu’ils vont tous s’accomplir. Certains oui, d’autres non et il y aura plein de raisons (ou d’excuses) pour lesquels ils ne s’accompliront pas. C’est une ligne directive, c’est un chemin sur lequel je m’engage, c’est ce que je veux pour cette année 2020. Ce ne sont en aucun cas des contraintes à mes yeux. Je vois ça comme des puzzles que j’ai envie d’assembler, j’ai envie de me tromper, de trébucher et d’apprendre pour mieux recommencer. C’est l’apprentissage (apprendre soi-même et transférer son savoir aux autres) qui m’épanouit. Ce sont les challenges qui me font vibrer, qui font que je saute du lit avec un grand sourire le matin, en me demandant qu’est-ce que je vais faire pour avancer sur le chemin que j’ai tracé. C’est aussi l’accomplissement de mes rêves évidemment (comme ce rêve fou d’avoir un jour un roman adapté sur grand écran ou en série, et chaque étape de cette année est un pas vers ce rêve même si ce n’est pas explicite) et l’accomplissement des rêves des autres. Je prends la même dose de bonheur à voir mes romans se hisser dans le top Amazon que je prends quand je vois ceux des auteurs que j’accompagne se hisser également tout en haut des classements et avoir de splendides notes. Je crois même que j’en prends plus pour les autres que pour moi. Le bonheur de voir les autres s’accomplir est quelque chose d’immense, qui dépasse de loin ce que j’imaginais en termes d’émotions.

En 2020, on prend son courage à deux mains, on sort de sa zone de confort et on trace le chemin qui mène à ses rêves. La vie est courte, pourquoi renoncer à ce qui nous fait le plus envie ? Ce qui nous met des paillettes dans les yeux ? Pourquoi, au minimum, ne pas essayer ?

Et vous, qu’est-ce que vous faites en 2020 ?

Illustration par @desmotsdanslamarge

Last modified: 29 décembre 2019
%d blogueurs aiment cette page :