Bilan des ventes de décembre

Les chiffres KDP de décembre sont tombés, c’est donc parti pour le bilan détaillé du dernier mois de 2019 !

Je rappelle que mes revenus sont issus uniquement des ventes Amazon (ebook, papier et abonnement kindle). En décembre, j’ai publié le tome 2 de la série Faith Ezreal, intitulé « Berserk ». Le tome 1 avait fait très fort en septembre et en octobre (il est d’ailleurs en promo tout ce mois de janvier, ce qui rebooste beaucoup les ventes), je m’attendais donc à un démarrage très important pour le tome 2 et les lecteurs ont été au rendez-vous ! Le tome 2 s’est hissé à la première place du classement de la boutique Kindle, toutes catégories confondues, ce qui était assez incroyable.

Détail des ventes pour le mois de décembre 2019

Il y a un énorme pic de vente le 8 décembre : le tome 1 d’Archibald Skye était en promo, on a frôlé les 400 exemplaires vendus dans la journée avec 386 exemplaires vendus tous titres confondus. Or promo, la meilleure journée était à 140 exemplaires vendus et 121 146 pages lues dans la journée dans l’abonnement Kindle (soit environ 269 lus intégralement via l’abonnement). La journée la plus basse était à 53 exemplaires vendus et 46 084 pages lues dans l’abonnement Kindle, c’était le 24 décembre, nous voilà tous surpris, c’est fou les gens avaient autre chose à faire ce jour-là :). J’en profite pour confirmer une tendance que j’avais déjà observé l’année dernière : les vacances d’une manière générale sont propices à la lecture, SAUF les vacances de Noël, qui sont clairement dédiées à la famille et où les gens ne sortent pas trop leur liseuse.

Détails des ventes d’ebook par titre, ainsi que du nombre de pages lues dans l’abonnement Kindle par titre, pour le mois de décembre 2019

Ventes format broché par titre pour le mois de décembre 2019

On perd un petit peu de vitesse en décembre je trouve, principalement à cause de la quête aux cadeaux de Noël j’imagine et des vacances de Noël. Nous comptabilisons donc :

  • 2 757 ebooks vendus (contre 2 533 le mois précédent)
  • 350 livres au format papier vendu (contre 229 en novembre, ce qui confirme l’augmentation des ventes de livre papier dont je parlais le mois dernier)
  • 2 302 951 pages lues dans l’abonnement Kindle (contre 2 452 841 le mois dernier) ce qui peut être converti en l’équivalent de 5 117 livres lus intégralement à travers l’abonnement
  • soit un total de 8 224 livres achetés/lus dans l’abonnement pour le mois de décembre

Un petit rappel au préalable concernant les revenus pour les nouveaux qui débarquent :

  • je gagne 3,92€ (ou 3,93 ou 3,91 ça dépend de la taille de l’ebook, s’il est un peu plus long le coût virtuel d’acheminement jusqu’à la liseuse est plus cher d’un centime (il varie de 7 à 9 centimes selon mes livres) et ça fait baisser ma redevance de 1 centime, bien sûr ce n’est rien du tout mais c’est pour vous expliquer le détail) par ebook vendu
  • je gagne entre 2€ et 3€ par livre broché vendu, ça dépend du format, du nombre de pages (qui à eux deux déterminent le coût d’impression et dont je me sers pour déterminer le prix de vente)
  • pour l’abonnement Kindle, la rémunération se fait au nombre de pages lues, ce nombre de pages est normalisé par KDP, ce n’est pas parce que vous avez sauté 3 lignes entre chaque paragraphe que vous aurez un nombre de pages plus important, il ne correspond pas au nombre de pages affiché sur votre page produit sur Amazon, vous le trouverez dans votre compte KDP. Je suppose qu’ils s’appuient sur le nombre de mots, 100 000 mots ça fait environ 500 pages KENP. Mes romans font environ 450 pages (entre 85 000 et 105 000 mots selon la série). Il y a un fonds monétaire KDP (une partie de ce que les clients paient pour l’abonnement Kindle va dans ce fonds qui est intégralement reversé aux auteurs tous les mois) et on est rémunéré en fonction du nombre de pages lues par rapport au nombre total de pages lues dans le mois. Le fonds pour le mois de décembre est de 23 500 000 euros, si mon nombre de pages représente 0,01% du nombre total de pages lues dans le mois, je toucherai 0,01% du montant total du fonds. À noter que généralement on est entre 0,0041 et 0,0044€ la page lue. Soit entre 1,85€ et 1,98€ pour un livre de 450 pages (85 000 mots environ) intégralement lu dans l’abonnement Kindle

Revenus par marché pour le mois de décembre 2019

Je vous épargne les virgules et les conversions, on est à environ 20 800 euros brut pour ce mois de décembre 2019. Ayant changé de structure juridique, je ne me verserai pas la totalité de cette somme, ni même la moitié d’ailleurs parce que je n’ai pas besoin de ça pour vivre. Je me rémunère maintenant à travers un contrat d’édition, les cotisations sociales sont versées à l’AGESSA et sont de 15%, pour ce qui est de l’impôt sur le revenu, difficile de vous dire dès janvier qu’elle sera ma tranche globale en 2020.

Qu’est-ce que j’imagine comme revenus en 2020 ? J’imagine que je vais « stagner » (oui c’est un gros mot je suis d’accord) autour des 20 000 euros par mois sur le marché français, à moins qu’une de mes nouvelles séries fasse un carton. Je pense que la prochaine croissance viendra des marchés étrangers, principalement du marché indien, mais je ne serai pas présente dessus avant septembre ou octobre 2020, du coup ce sera très tardif dans l’année. D’ici là, je vais pouvoir me concentrer sur une démarche qui me tient à cœur : m’appuyer sur mes chiffres pour essayer de faire bouger les mœurs sur l’auto-édition, pour montrer que c’est possible et que nous n’avons pas être traités comme des moins-que-rien. D’ailleurs je n’aime pas le terme d’auto-édition et je pense que je vais dorénavant utiliser le terme « auteur indépendant », comme les anglo-saxons le font. On a longtemps regardé les auteurs indépendants comme les nantis, ceux que les maisons d’édition avaient refusé. Eh bien à titre personnel, c’est moi qui ai dit non aux maisons d’édition. J’ai envie d’être libre d’écrire ce que je veux, libre de choisir ma couverture et mon moyen de promotion. C’est un choix, il n’est ni bon, ni mauvais, il est le fruit de mes envies personnelles. La voie de la maison d’édition est très bien si c’est ce dont vous avez envie et je ne la critique pas, je pense qu’une maison d’édition peut apporter beaucoup de choses à un auteur si elle a à cœur de faire son travail.

L’excellente nouvelle en 2020 c’est que grâce à mes revenus, je peux embaucher du monde et aider d’autres personnes à atteindre leurs rêves ou à se sortir la tête de l’eau. Et ça, ça n’a pas de prix.

Si vous hésitez encore à écrire, à partager vos écrits, à vous lancer dans l’aventure parce que vous avez peur de l’échec, peur des commentaires, peur d’être dans le fond du classement Amazon et de ne jamais en sortir, j’aimerais juste vous dire un mot : essayez. Tant que vous n’avez pas essayé vous ne pouvez pas savoir. Et une fois que vous aurez essayé, persévérez. On ne réussit pas toujours du premier coup, on s’ajuste, on apprend de ses erreurs et on recommence.

Et si vous en quête d’un petit peu de confiance en vous pour vous lancer, si vous avez des questions, si vous cherchez juste une oreille pour vous écouter, je suis là, allez dans la rubrique contact et écrivez-moi :).

Illustration par @desmotsdanslamarge