4 étapes pour construire sa trame narrative : la méthode post-it

trame narrative

4 étapes pour construire sa trame narrative

La méthode post-it

Qu’on soit architecte ou jardinier, il arrive toujours un moment où on pose sur le papier les passages importants de l’histoire. En tant qu’auteur, qu’on utilise une structure narrative, ou non, il est important de visualiser clairement où va l’histoire et comment les personnages vont évoluer. Il existe une méthode toute simple, qui demande très peu de matériel, qui te permet de faire ça. Prêt à découvrir la méthode post-it ? C’est parti !

Noter les idées de la trame narrative

Tu as quelques idées dans la tête pour écrire ton roman, ou ton livre de non-fiction, mais tu ne les pas encore organisées. Il te manque peut-être des bouts. Tu ne sais pas à quel moment quel événement va intervenir. C’est le moment de prendre une heure de ton temps pour caler tout ça et avancer dans ta trame narrative.

Munis-toi de post-it de plusieurs couleurs.
Ce n’est pas très écologique, mais tu ne vas pas les utiliser tous les jours. Tu peux aussi choisir de faire ça de manière virtuelle, sur un outil de notes, mais le rendu est moins visuel et pratique, je trouve. L’avantage des post-it, c’est que tu n’as qu’à les saisir puis les déplacer pour changer l’ordre de ta trame, et réagencer l’ensemble comme tu le veux.

Détermine plusieurs couleurs qui correspondront à des aspects différents de ton histoire, par exemple :

      • la trame principale (les indices qui font avancer l’histoire, les batailles, les scènes-clés)
      • les quêtes secondaires (je prends une couleur par quête)
      • les relations entre les personnages (si tu n’es pas dans une romance et que ça ne fait pas partie de ta trame principale du coup)
      • l’évolution des personnages
      • les retours dans le passé si tu en as
      • la découverture de l’univers (si tu es dans un monde imaginaire)

Il peut y en avoir d’autres, la liste n’est pas exhaustive, et tu n’as pas non plus à utiliser toute la liste. C’est pour te donner une idée. Pour ma part, je n’utilise que trois couleurs, pour les trois premiers points.

Note tout ce que tu sais sur ton histoire, toutes les informations que tu as déjà rassemblées sur les éléments de ta trame. Puis organise-les à travers les post-it, en fonction de chaque catégorie.

Agencer ta trame de livre

Colle tes post-it sur un mur, ou sur une grande table.

C’est l’occasion de vérifier qu’ils collent bien. Tu vas créer une ligne chronologique pour ton livre, de gauche à droite. Gauche étant le début de l’histoire, ou du livre de non-fiction. La droite étant la fin.

Tu peux créer cette ligne chronologique sans indiquer les chapitres, si tu ne te sens pas d’aller jusque dans ce détail et simplement les mettre les uns à la suite des autres. Les architectes auront tendance à rajouter les numéros des chapitres et à ordonner parfaitement ça. Pour ma part, je ne rentre pas ce genre de détails. Je suis plutôt jardinière, et j’ai tendance à continuer d’inventer une partie de ma trame au fur et à mesure que j’écris.

En alignant tes post-it en fonction de la ligne chronologique, tu commences à percevoir où il y a des trous, et quel va être le rythme de ton histoire. Tu peux ainsi bouger tes post-it en fonction de l’avancée de la trame principale. Il sera beaucoup plus simple pour toi d’indiquer où chaque quête secondaire démarre, et de prévoir les moments où certains indices tomberont du ciel.

Si tu cherches à comprendre quel rythme tu dois donner à ton histoire, tu peux lire mon article complet sur les différentes structures narratives.

S’il y a des événements qui se produisent en même temps, tu peux les mettre en colonne. Grâce aux différentes couleurs, tu vas tout de suite voir si tu t’étales trop longtemps sur une relation entre les personnages, tandis que la trame principale n’avance pas. Tu pourras aussi remarquer si tu as oublié de clôturer une quête secondaire.

Combler les trous de sa trame narrative

Maintenant que tu as agencé les événements pour lesquels tu avais déjà une idée, il est temps de combler les trous de ta trame. En l’ayant sous les yeux, tout devient beaucoup plus facile.

Tu n’as pas besoin d’entrer dans le détail si tu n’as pas envie. À nouveau, les architectes seront du style à connaître chaque événement, chapitre par chapitre, sur le bout des doigts. Certains jardiniers ne voudront même pas écrire leur trame. Pour ma part, je me situe entre les deux, j’ai une trame, et je trouve ça important d’en avoir une pour la cohérence de l’histoire. Je sais les points les plus importants qui vont se produire dans mon histoire, mais je continue d’être créative tout au long de l’écriture de mon roman.

Pour combler les trous, tu peux partir de n’importe quelle information dont tu disposes déjà et te poser les questions suivantes :

    • comment mon personnage arrive à ce point ?
    • quels indices dois-je semer ?
    • quelles personnes doit-il rencontrer ?
    • quels sont les éléments qui déclenchent l’état mental dans lequel il se trouve ?

Par exemple, imaginons que tu as une scène clef de ton livre en tête. Il s’agit d’un grand combat avec pleine d’alliés autour du héros. C’est le climax de ton histoire. Tu sais que ton héros arrive à ce point avec trois alliés. Il combat un grand méchant. Mais tu n’as aucune idée de qui est ce grand méchant. Tu ne sais même pas pourquoi ils combattent.

Tu vas simplement structurer sans entrer dans le détail

Tu n’es pas obligé d’avoir toutes les réponses aujourd’hui. Ta trame narrative peut se construire au fil des jours. Il est possible de l’enrichir à chaque fois que tu passes devant, ou qu’une idée pope dans ta tête. Mais tu peux la structurer dès aujourd’hui.

Avec cette information sur cette scène, tu sais déjà quels types d’informations tu vas devoir indiquer :

    • comment les personnages se sont rencontrés
    • introduction du grand méchant
    • introduction des motivations du grand méchant
    • issue du combat
    • introduction du héros
    • introduction des camarades du héros
    • relations entre les personnages

Et tu peux distiller sur ton mur ou ta table ces différents éléments, sans pour autant y mettre du détail. Puis tu recommences avec un nouvel élément pour lequel tu as eu les idées. Peut-être que ton héros dispose d’une arme redoutable par exemple, qu’il est le seul à manier :

    • introduire pourquoi il est le seul à pouvoir la manier
    • introduire l’arme
    • mettre en avant un entraînement avec cette arme
    • introduire l’histoire de l’arme

Inspire-toi de tes personnages. Tu peux télécharger mon ebook gratuit sur comment créer des personnages attractifs. Quand on a déjà un personnage en tête, et qu’on commence à se poser des questions dessus, souvent, la trame coule de source ensuite. Si tu connais ses rêves, son passé, son caractère et ses valeurs, il y a de grandes chances que tu saches exactement ce qui va lui arriver. 

Les décisions qu’il prendra à chaque scène de ton histoire seront claires.
Imaginons que tu saches déjà tout ça sur le héros, tu peux alors indiquer :

    • découverte de son passé
    • mise en avant de sa valeur principale
    • rencontre avec un autre personnage
    • résolution d’un conflit (et tu sais comment il va le résoudre à cause de son caractère et de ses valeurs)
    • élément perturbateur qui lance une quête, réaction du héros à cet élément
    • découverte de ses rêves et aspirations
    • qu’aime-t-il ? Que déteste-t-il ?
    • explications de pourquoi il s’est embarqué dans cette quête

Tu as compris le principe ? Et bien sûr, si tu es architecte…

Tu vas entrer dans le détail

Bien sûr, si tu es architecte, tes post-it seront sûrement plus détaillés que ça. Tu sauras déjà quelle est l’histoire de l’arme avant de te mettre à écrire ton livre. Tu auras même des informations sur tes personnages et ton univers que tu ne comptes pas distiller dans le livre, parce que ça fera trop.

Attention à ne pas mettre trop d’informations sur tes post-it, pour ne pas perdre en lisibilité. Garde à l’idée que des mots-clefs suffisent. Si tu as besoin de mettre plus de détails, tu peux utiliser un logiciel de notes, comme OneNote, de la suite Office. C’est le logiciel que j’utilise au quotidien pour mes fiches personnages, mes trames plus détaillées, les questions non répondues dans mes romans, les remarques de mes bêta-lectrices, ou encore les idées qui germent mais que je n’ai pas encore structurées.

Peaufiner ta trame narrative

Une trame de livre est vivante. Je te conseille de conserver sur ton mur (ou ta table) la trame jusqu’à ce que tu aies fini ton livre. Ainsi, si tu changes certains passages en cours de route, tu pourras ajuster sur ta trame en direct, et voir les impacts que ça aura sur le rythme et la structure de ton livre. Tu élimineras également des problèmes de cohérence, comme untel a besoin de telle information à tel moment, mais il ne l’a pas encore obtenue parce que tu avais prévu qu’il l’obtienne plus tard. Tu le verras tout de suite sur ton mur.

Prends quelques minutes par jour pour observer tes post-it et réfléchir à un point en particulier où tu n’as pas les détails. Si la réponse ne vient pas tout de suite, ce n’est pas grave. Laisse ton cerveau vagabonder. Il finira par trouver la réponse quand tu raconteras ton chantier sur ton mur à quelqu’un, ou quand tu seras sous la douche.

Tu as les éléments principaux ? L’ensemble te paraît clair et cohérent ? Idéalement, avant de te lancer, explique ton histoire à une personne qui est dans ta cible. C’est-à-dire quelqu’un qui lit des romans de ton genre littéraire, ou des livres de non-fiction. Raconte-lui la trame générale, et vois sa réaction. Elle saura peut-être te dire s’il manque des points importants, ou s’il y a des incohérences.

Tout est bon ? Lance-toi, écris, et reviens régulièrement à ton mur. Pour ma part, il est juste à droite de mon bureau, je n’ai qu’à tourner la tête quand j’écris pour savoir où j’en suis. Si de nouvelles idées me viennent, ou si quelque chose ne me plaît plus, je me lève, je change ma trame en déplaçant les post-it, ou en ajoutant des nouveaux. Je vérifie la cohérence en un coup d’œil, et je m’y remets.

Pour aller plus loin

Tu n’as plus qu’à écrire de manière régulière pour parvenir au bout de ton roman. 
Pour la suite, tu peux :

Lire l’article sur comment être régulier dans l’écriture de son livre

Regarder le webinaire pour booster ta productivité en tant qu’auteur

En apprendre plus sur les mécanismes de la créativité et comment la stimuler

T’intéresser à notre formation « écrire un livre », qui traite de ce sujet et bien d’autres encore

Facebook
Twitter
WhatsApp
Jupiter Phaeton

Jupiter Phaeton

Avec plus de 300 000 exemplaires vendus de mes livres et plus de 750 000 euros de redevances KDP générées en moins de quatre ans, mon rêve de vivre de ma plume est devenu une réalité dès mon premier mois de publication.
J’ai envie d’aider les autres à réaliser leurs objectifs et c’est pour ça que j’accompagne des auteurs au quotidien. Je leur partage l’ensemble de mes acquis et de mon expérience pour qu’ils puissent eux aussi vivre de leur plume.

Table des matières

Jupiter Phaeton

Abonne-toi !

Pense à t’abonner à ma newsletter en entrant ton email ci-dessous pour recevoir les dernières informations en matière d’autoédition. Tu retrouveras aussi des articles pratico-pratiques pour devenir un auteur pro. Tu recevras mon ebook gratuit sur mon parcours dans l’autoédition, il paraît que c’est un gros boost de motivation pour se lancer et progresser ! (Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les lecteurs !)

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Ton inscription est confirmée.

Formations

écrire un livre

écrire un livre

Booster ta productivité

devenir écrivain le pack complet

Devenir écrivain : le pack complet

Panier