Accueil » Bilan des ventes d’avril

Bilan des ventes d’avril

Par Jupiter Phaeton

Le bilan des ventes d’avril fait son entrée sur le blog avec un peu (beaucoup) de retard. Des chiffres toujours plus fous. Je n’ose imaginer le potentiel quand il y aura les traductions sur les marchés étrangers ! Et puis on me dit dans l’oreillette qu’en mai, le revenu atteindra peut-être les 5 chiffres… *s’étouffe elle-même*

Comme d’habitude, je ne m’amuse pas à prendre le temps de vous faire un récapitulatif de mes revenus pour le plaisir de frimer, c’est pour vous montrer :

  • comment ça fonctionne
  • que c’est possible d’en vivre
  • qu’il y en a qui y arrive

Parce qu’on voit beaucoup de blogs ou d’auteurs parler du fait que c’est difficile de gagner sa vie en était écrivain, encore plus en étant auto-édité. Je veux montrer que c’est possible, je ne suis pas la seule à qui ça arrive, il y en a d’autres, simplement et c’est bien normal, ils préfèrent ne pas en parler (parce que bon le rapport des français avec l’argent c’est “vivons cachés”).

Embarquons tout de suite pour le bilan des ventes d’avril ! Alors en avril j’avais 6 romans publiés au début du mois puis j’ai publié Yakuna, le tome 2 des aventures de Kacy Matthews (toujours dans le cadre de mon challenge de publier un nouveau roman par mois pendant un an), ce qui a relancé les ventes. Observons les courbes.

Magnifique, merveilleux, formidable tableau récapitulatif jour après jour des ventes d’avril (oui j’ai pété un plomb en écrivant cet article)

L’échelle a un peu changé parce que pas mal de records sont tombés ce mois-ci. Ma pire journée était à 25 ventes, le 17 avril (19 ebooks et 6 livres papiers). En termes de nombre de pages lues, je ne suis pas tombée en dessous des 25 000 pages lues par jour une seule fois, la pire journée était le 11 avril avec 26 543 pages lues (ce qui représente 53 livres lues entièrement tout de même pour rappel).

Au plus haut, c’est un peu dingue, on voit la courbe qui s’envole le 28 avril, tant sur les ventes que sur les pages lues. Avec 78 ventes ebooks, 8 ventes papiers et 57 525 pages lues, le 28 avril est incontestablement le jour de ventes le plus incroyable depuis le début de cette aventure (si on oublie le jour de l’offre éclair en novembre). Grosso modo, ce jour-là m’a généré 585 euros de revenus à lui tout seul. Dingue. Absolument dingue. Je n’en reviens toujours pas d’ailleurs.

Ventes ebooks et nombre de pages lues dans l’abonnement Kindle par titre pour le mois d’avril 2019
Ventes papier pour le mois d’avril 2019 par titre

Evidemment, il y a des logiques qui ne changent pas. Le mois d’avril a été drivé par les ventes de la bataille de New York, le tome 3 des aventures de Ryvenn, sorti à la fin du mois de mars. Yakuna, qui est sorti vers le 20 avril a également bien entamé sa progression. Comme toujours, je vends très peu de format papier. Pour rappel, je ne fais pas de salons, pas de séances de dédicace et d’une manière générale je ne promeus pas les ventes papier.

Ce qui nous donne un joli score de :

  • 1 043 ventes ebooks (pour rappel je gagne 3,92€ par vente ebook)
  • 116 ventes papier (entre 2 et 3 euros selon le livre et ses coûts d’impression)
  • 1 056 835 pages lues dans l’abonnement (entre 0,0041 et 0,0044€ la page selon les mois) soit environ 2 113 livres intégralement lus dans l’abonnement (mes livres font environ 500 pages selon les normes Kindle

Du coup, pour le mois d’avril, on parle de 3 272 ventes / livres lus. Si je continue comme ça, j’espère atteindre à fin décembre 2019 entre 40 000 et 50 000 exemplaires lus/vendus depuis le début de mon activité (août 2018).

Et alors ces revenus ? Tableau récapitulatif ci-dessous :

Revenus des ventes d’avril 2019 par marché

Comme je suis d’une humeur méga super sympa, je t’épargne (en fait comme à chaque fois hihihi) les conversions et les virgules. Pour le mois d’avril 2019, on parle d’un revenu de 9 000 euros brut. Ensuite, tu retires les cotisations sociales (22%) parque je suis micro-entrepreneur, ce qui donne 7 020 euros et là tu retires les impôts sur le revenu (qui deviennent badass quand tu tombes dans ces tranches mais c’est pour la bonne cause et ça veut dire que tu gagnes bien ta vie alors c’est cool) et il reste 5 500 euros environ. Ce qui est énorme.

C’était mon neuvième mois de ventes, pour rappel j’ai démarré en août avec un mois à 2 000 euros brut environ. Si tu te demandais si c’était possible, ça l’est. Alors qu’est-ce que tu attends ? Fonce ! Tente ta chance ! C’est peut-être toi le prochain à parler de tes revenus liés à ton activité d’écrivain sur ton blog. J’aimerais beaucoup lire que tu as eu ce type de succès dans tes ventes, ou bien plus encore.

En juin je publierai la traduction d’un de mes romans sur le marché italien, ce qui donnera un aspect intéressant à analyser sur les ventes. Autrement, sache que j’ai embauché une formidable assistante qui est en train d’éplucher les chiffres de vente pour que je puisse te parler plus en détails de la progression, de quel titre vend le mieux, etc. Je te prépare également un article de folie sur les ventes numériques sur les marchés français, italien, allemand et américain. Rien que de voir les chiffres virevolter dans mon crâne, je sais que j’ai fait une névrose internet.

12 Commentaires
0

Articles similaires

12 Commentaires

Stéphane G de G mai 29, 2019 - 1:05

Preums ! Que te dire, si ce n’est que cela n’a rien d’étonnant, tes mots virevoltent sur la page, tu écris tellement bien que ton écriture fait chanter du Travolta aux cigales. Bravo, mille bravos. Tu es naturellement douée pour écrire, tu as ça dans ton sang de moldu, c’est un vrai don, alors personne n’est étonnée de ton succès, si ce n’est les aveugles. Penses-tu écrire en braille avec les pieds ? Je dirais même plus, l’échec de tes éditions auraient été étonnant. Tu n’es qu’à 1% du début de ton aventure, j’ai hâte de connaître tes succès à l’étranger, en particulier le marché américain où tu pourrais multiplier tes ventes par…100. Bien à toi. PS. J’ai lu que tu avais des chiens, je sais que tu seras généreuse avec les organismes qui s’occupent des animaux, humains compris. ;-))

Répondre
Jupiter Phaeton mai 29, 2019 - 10:54

hahaha tu es vraiment un poète dans tes mots, je suis loin de mériter tous ces compliments, je les accepte, je les prends et je les emmagasine quand même, merci beaucoup :). En revanche ton histoire de braille me donne des idées, je vais aller faire une névrose pour savoir comment traduire son roman en braille (si si je vais vraiment le faire et me renseigner sur la taille du marché aussi). Aaaah le marché américain, je ne compte pas sur un x100, en revanche sur un X18, je t’expliquerai pourquoi dans mon prochain article qui traitera de la traduction et des marchés numériques étrangers :). J’ai peut-être été prise dans une névrose incessante qui a duré presque une semaine (mon cerveau ne me remercie pas) sur les ventes numériques sur les marchés étrangers.
Evidemment, quand on a trop d’argent il faut le donner 🙂 Je termine de rembourser mes dettes et je pars en quête d’un organisme :).

Répondre
Stéphane G de G mai 29, 2019 - 1:05

Preums ! Que te dire, si ce n’est que cela n’a rien d’étonnant, tes mots virevoltent sur la page, tu écris tellement bien que ton écriture fait chanter du Travolta aux cigales. Bravo, mille bravos. Tu es naturellement douée pour écrire, tu as ça dans ton sang de moldu, c’est un vrai don, alors personne n’est étonnée de ton succès, si ce n’est les aveugles. Penses-tu écrire en braille avec les pieds ? Je dirais même plus, l’échec de tes éditions auraient été étonnant. Tu n’es qu’à 1% du début de ton aventure, j’ai hâte de connaître tes succès à l’étranger, en particulier le marché américain où tu pourrais multiplier tes ventes par…100. Bien à toi. PS. J’ai lu que tu avais des chiens, je sais que tu seras généreuse avec les organismes qui s’occupent des animaux, humains compris. ;-))

Répondre
Jupiter Phaeton mai 29, 2019 - 10:54

hahaha tu es vraiment un poète dans tes mots, je suis loin de mériter tous ces compliments, je les accepte, je les prends et je les emmagasine quand même, merci beaucoup :). En revanche ton histoire de braille me donne des idées, je vais aller faire une névrose pour savoir comment traduire son roman en braille (si si je vais vraiment le faire et me renseigner sur la taille du marché aussi). Aaaah le marché américain, je ne compte pas sur un x100, en revanche sur un X18, je t’expliquerai pourquoi dans mon prochain article qui traitera de la traduction et des marchés numériques étrangers :). J’ai peut-être été prise dans une névrose incessante qui a duré presque une semaine (mon cerveau ne me remercie pas) sur les ventes numériques sur les marchés étrangers.
Evidemment, quand on a trop d’argent il faut le donner 🙂 Je termine de rembourser mes dettes et je pars en quête d’un organisme :).

Répondre
Babitty Lapina mai 29, 2019 - 5:53

Whouaaa félicitation :O C’est chouette de voir dans un contexte social difficile pour les autrices et auteurs que certain.e.s arrivent à s’en sortir ! Avec de tels revenus, est-ce que si une maison d’édition te proposait de t’éditer tu accepterais ?

Répondre
Jupiter Phaeton mai 29, 2019 - 10:56

Coucou ! Merci beaucoup 🙂 C’est une question que beaucoup me posent que je pense traiter en article dans pas longtemps. Tout dépend de la maison d’édition en fait. Aujourd’hui, il y en a peu qui peuvent me permettre de mieux gagner ma vie, hormis je pense les plus grandes, mais aucune d’elles ne m’a contacté à ce jour. J’accepterais si un géant de l’édition me contactait, tout dépend des termes du contrat. Dans un monde idéal, j’aimerais ne pas céder mes droits numériques, puisque c’est ce qui me fait vivre. Mais s’ils n’achètent qu’un seul titre ou une seule série, je vivrai toujours à l’aise, alors c’est à réfléchir. Je pense que si l’opportunité se présente, je ferai appel à un avocat pour me conseiller surtout :). Pour l’instant, seules des petites maisons d’éditions m’ont contactées et j’ai dit non à chacune d’entre elles.

Répondre
Babitty Lapina mai 29, 2019 - 10:58

Je sais que certains auteurs prennent des agents littéraires en France ! C’est tout recent, mais ca commence à arriver. Et ils sont pas mal pour négocier les contrats et tout 😊

Répondre
Jupiter Phaeton juin 4, 2019 - 10:13

Merci, c’est une excellente nouvelle 🙂 Je crois que j’ai plus de chances qu’une maison d’édition étrangère me contacte qu’une grande maison d’édition française au final. *rires*

Répondre
Babitty Lapina mai 29, 2019 - 5:53

Whouaaa félicitation :O C’est chouette de voir dans un contexte social difficile pour les autrices et auteurs que certain.e.s arrivent à s’en sortir ! Avec de tels revenus, est-ce que si une maison d’édition te proposait de t’éditer tu accepterais ?

Répondre
Jupiter Phaeton mai 29, 2019 - 10:56

Coucou ! Merci beaucoup 🙂 C’est une question que beaucoup me posent que je pense traiter en article dans pas longtemps. Tout dépend de la maison d’édition en fait. Aujourd’hui, il y en a peu qui peuvent me permettre de mieux gagner ma vie, hormis je pense les plus grandes, mais aucune d’elles ne m’a contacté à ce jour. J’accepterais si un géant de l’édition me contactait, tout dépend des termes du contrat. Dans un monde idéal, j’aimerais ne pas céder mes droits numériques, puisque c’est ce qui me fait vivre. Mais s’ils n’achètent qu’un seul titre ou une seule série, je vivrai toujours à l’aise, alors c’est à réfléchir. Je pense que si l’opportunité se présente, je ferai appel à un avocat pour me conseiller surtout :). Pour l’instant, seules des petites maisons d’éditions m’ont contactées et j’ai dit non à chacune d’entre elles.

Répondre
Babitty Lapina mai 29, 2019 - 10:58

Je sais que certains auteurs prennent des agents littéraires en France ! C’est tout recent, mais ca commence à arriver. Et ils sont pas mal pour négocier les contrats et tout 😊

Répondre
Jupiter Phaeton juin 4, 2019 - 10:13

Merci, c’est une excellente nouvelle 🙂 Je crois que j’ai plus de chances qu’une maison d’édition étrangère me contacte qu’une grande maison d’édition française au final. *rires*

Répondre

Laisser un commentaire