Accueil » Comment créer des personnages auxquels le lecteur peut s’identifier ?

Comment créer des personnages auxquels le lecteur peut s’identifier ?

Par Jupiter Phaeton

Je pense que les personnages d’une histoire sont le pilier de la trame. Pourquoi ? Parce que le lecteur peut s’identifier à eux, résonner avec eux et se mettre à leur place. Si le lecteur est capable de se mettre à la place du personnage, ou de ressentir ce qu’il ressent, c’est-à-dire d’avoir peur quand il y a une situation angoissante, ils sont heureux pour eux quand les choses s’arrangent, ils tremblent… bref, tu as compris le principe.

Mais comment est-ce que quelqu’un pourrait s’identifier à un sorcier dans un monde imaginaire ? À un milliardaire dans une romance humoristique ? À une ninja ?

À travers des traits de caractère que n’importe qui peut avoir, des attitudes que nous avons tous, des tics ou des tocs, choisissez celui qui convient le mieux.

On me demande souvent pourquoi mes héroïnes ont des addictions un peu étranges. C’est parce que je fais beaucoup de recherches sur mes personnages avant de les lancer dans l’aventure, et que choisir leurs addictions est un passage obligatoire. J’ai déjà lancé l’addiction au chocolat chaud, au lait chaud, aux pommes, aux fraises Tagada, aux chamallows… Ce sont des éléments de notre vie quotidienne, le lecteur n’a qu’à remplacer l’addiction par la sienne et il peut facilement identifier l’attitude du personnage face à l’addiction. Parce que tout le monde a des addictions alimentaires (ou presque tout le monde), non ? Donc tout le monde est capable de faire le parallèle entre ses addictions et celles du personnage.

Mais il n’y a pas que ça et si on pousse l’affaire un peu plus loin, il y a d’autres éléments qui permettent au lecteur de s’identifier : des tics de langage par exemple, une phrase que le héros peut répéter régulièrement, une manie qu’il a d’épeler les mots. L’important est de soigner le caractère du personnage et de le garder cohérent d’un bout à l’autre de l’histoire.

Il a des valeurs ? Très bien, lesquelles ? Il a des habitudes ? Très bien, lesquelles ? Il a des rêves ? Super, lesquels ? Il faut creuser pour bien définir qui il est.

Et une fois qu’il est bien défini, peu importe l’univers dans lequel il évolue, peu importe qu’il soit milliardaire et qu’il ait des tours à son actif. Peu importe qu’il soit un sorcier dans un monde imaginaire. Tout le monde a un rêve, et même si le rêve du sorcier dans l’histoire est de récupérer une pierre magique dans un lieu dangereux, la manière dont il parle de ce rêve, dont il est déterminé à le réaliser, ce sont des choses avec lesquelles le lecteur peut résonner.

Je passe la partie la plus importante de la création de ma trame à réfléchir à mes personnages, à comprendre d’où ils viennent, comment ils arrivent dans l’histoire, quel est leur rôle, quels sont leurs habitudes, leurs qualités et leurs défauts et comment les mettre en scène.

Résultat des courses ? Ce que tout le monde retient le plus de mes personnages, ce sont leurs addictions et leurs valeurs. Combien de fois, si tu es abonné à mon compte Instagram, tu as vu des gens poster des pandas et me taguer ? Poster des chamallows et me taguer ? Poster du chocolat chaud et me taguer ? Les addictions de mes personnages sont tellement fortes que les lecteurs sont persuadés que ce sont les miennes et dès qu’il voit l’objet de l’addiction de mes personnages, ils prennent une photo et me l’envoient, ou me taguent sur les réseaux, parce que ça leur rappelle le livre. Ce qui veut dire qu’ils ont fini de lire le livre, qu’ils se rappellent tel élément parfois des semaines ou des mois après et qu’ils pensent à toi au point de faire une action (pour laquelle la plupart des gens auraient la flemme, notons-le), pour te notifier qu’ils ont pensé à toi.

C’est ce qu’on appelle de l’engagement. De l’engagement envers le livre et de l’engagement envers toi.

Le stade où quelqu’un voit une représentation de panda et pense immédiatement à toi, par association, est le stade où tu veux arriver quand tu construis ta communauté. Et l’engagement de ton lectorat est l’élément clef de la construction de cette communauté. Je t’en dis plus la semaine prochaine sur ce sujet.

Pour revenir sur les personnages, prends le temps, au moment d’écrire ta trame, même si c’est une trame courte, qui tient en quelques mots parce que tu es plutôt du genre à écrire et à voir où l’inspiration te guide, de bien former le caractère de tes personnages avant de les introduire, ou peut-être au moment où tu les introduis.

Fais une pause dans ton écriture et pose-toi des questions sur qui il est.

Écris tes questions et réponds-y.

Qu’est-ce que tu aimerais savoir sur quelqu’un que tu viens de rencontrer ? Ce sont les mêmes questions auxquelles tu veux répondre concernant ton personnage, ainsi que des questions plus profondes, sur ses valeurs, ses traumas, ses rêves, ses intentions…

Je parle de la construction des personnages dans ma formation, qui sortira ce mois-ci. Je pense qu’on n’insiste jamais assez dessus. Ce sont les piliers de ton histoire, ce sont eux qui vont engendrer les actions, qui vont faire vivre ton livre, ce sont eux à qui ton lectorat peut s’identifier. Ils méritent d’être soignés, au même titre que la structure de ton récit.

N’hésite pas à demander de l’aide pour répondre aux questions que tu te poses sur ton personnage. Demande autour de toi, à tes amis, à ta famille. Quelle addiction originale est-ce qu’ils imaginent ? Ton personnage n’est pas obligé d’avoir une addiction, c’est un gag répété que j’utilise à titre personnel, mais il peut y avoir d’autres choses.

Par exemple, est-ce qu’il a pour habitude de se ronger les ongles ? De rattacher sans cesse ses cheveux ? De faire basculer une mèche derrière ses oreilles ? De tirer sur sa jupe ? De zipper et dézipper son pull ? Mets ces addictions en scène, rends ton personnage identifiable, donne-lui un vrai caractère ! Tu as envie que le lecteur soit capable d’en parler ensuite et de décrire toutes ses manies, parce qu’elles lui auront parlé, non ? Tu as peut-être déjà rêvé de voir ton histoire adaptée au cinéma ou en série télévisée, non ? Eh bien est-ce que les personnages que tu vois à l’écran n’ont pas eux aussi des petites habitudes de ce style ?


Prends ton temps avant de te lancer : réfléchis vraiment à tes personnages. Mets-y les heures qu’il faut, jusqu’à ce que tu sois capable de visualiser quelqu’un, ses habitudes, son caractère, ses rêves, ce qu’il aime et ce qu’il déteste.

Et pour approfondir le sujet, tu peux également télécharger toutes les questions que je me pose sur mes personnages avant de me lancer dans une trame de roman :
Fiches personnages – Questions que je me pose sur mes personnages avant de me lancer dans l’écriture

C’est également un sujet que l’on approfondit dans la formation 60 jours pour écrire son roman, disponible ici.

Articles similaires

1 Commentaire

Demortier mai 25, 2021 - 8:58

Merci pour cet article ! Je suis en train d’écrire un deuxième roman et ce listing de questions va beaucoup m’aider 🙂 Tu fais du super boulot ! Félicitations

Répondre

Laisser un commentaire